Revision [1031]

Last edited on 2006-12-16 21:35:50 by LeKraken
Additions:
Cas improbable : Si Mandriva ne vous a pas apporté satisfaction et que vous souhaitez désinstaller votre distribution, désinstaller Mandriva ne désinstallera pas Lilo, puisque les chargeurs de démarrage sont totalement indépendants de Mandriva. Installer Lilo sur une disquette, en attendant de voir si Mandriva vous plaît, est donc une solution très avantageuse, car le MBR n'aura pas été affecté par l'installation de Lilo. Si toutefois vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, pas de panique, la désinstallation de Lilo est possible. Trois possibilités vous sont offertes :
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier champ de la fenêtre de configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vous aurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez "Pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre ?", avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et en outre d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Ceci veut dire que vous pouvez installer plusieurs Mandriva Linux avec leurs propres Chargeurs de démarrage (Lilo ou Grub) et avoir pour chacune facilement, une entrée dans le chargeur de démarrage principal. Si ces entrées sont déjà prêtes, une par partition, quand vous installez, réinstallez ou effacez un Linux sur ces partitions, elles seront immédiatement disponibles au redémarrage, tant que vous installez leur chargeur de démarrage à chacune sur leur partition racine plutôt que sur le MBR.
**drakfont** : le logiciel de polices de caractère vous permet de visualiser, importer, désinstaller des polices de caractère. En quelques clics vous récupèrerez les polices de caractères que vous utilisiez sous Windows.
__Les outils pour configurer facilement internet__
**drakgw** : Ce petit script permet de partager votre connexion Internet très facilement avec d’autres ordinateurs sous Linux ou Windows.
**mandi et drakefirewall** : Le pare-feu est devenu obligatoire pour surfer sur Internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaitre les règles iptables et leur syntaxe rigide.
__Les outils pour gérer facilement la sécurité__
**draksec** : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à Internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisément votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
__Les outils faciles pour les pro__
**drakautoinst** : Il s’agit là de fournir une disquette d’auto-installation qui répètera tout ou partie de votre première installation sur toutes les machines qu’il vous reste à configurer.
**drakxservices** : Vous gèrerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le pare-feu, redémarrer le réseau.
- Kim : pour modifier vos images à partir du clic droit
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entendons-nous par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc la première barre oblique (slash) des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition (hdb1...) pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, /usr/hdb1/ correspondra au contenu de la partition. Le répertoire /usr peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition (hdb2...) est montée. On peut donc avoir une partition montée sur /usr/hdb1 et une autre sur /usr/local/hdb2. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst). Il est utile que ce répertoire soit sur une partition distincte (une petite partition de 50Mo est très largement suffisante) si vous souhaitez par la suite installer plusieurs distributions Linux en même temps. Ce partitionnement n'est pas réalisé lors de l'installation initiale si vous optez pour "partitionnement automatique".
Deletions:
Cas improbable : Si Mandriva ne vous a pas apporté satisfaction et que vous souhaitez désinstaller votre distribution, désinstaller Mandrive ne désinstallera pas Lilo, puisque les chargeurs de démarrages sont totalement indépendants de Mandriva. Installer Lilo sur une disquette, en attendant de voir si Mandriva vous plaît, est donc une solution très avantageuse, car le MBR n'aura pas été affecté par l'installation de Lilo. Si toutefois vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, pas de panique, la désinstallation de Lilo est possible. Trois possibilités vous sont offertes :
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vous aurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez "Pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre ?", avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et en outre d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Ceci veut dire que vous pouvez installer plusieurs Mandriva Linux avec leurs propres Chargeurs de Démarrages (Lilo ou Grub) et avoir pour chacune facilement, une entrée dans le chargeur de démarrage principal. Si ces entrées sont déjà prêtes, une par partition, quand vous installez, réinstallez ou effacez un Linux sur ces partitions, elles seront immédiatement disponibles au redémarrage, tant que vous installez leur chargeur de démarrage à chacune sur leur partition racine plutôt que sur le MBR.
**drakfont** : le logiciel de polices de caractère vous permet de visualiser, importer désintaller des polices de caractère. En quelques clics et vous récupèrerez les polices de caractères que vous utilisiez sous Windows.
__les outils pour configurer facilement internet__
**drakgw** : Ce petit script permet de partager votre connexion Internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous Linux ou Windows.
**mandi et drakefirewall** : Le pare-feu est devenu obligatoire pour surfer sur Internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaître les règles iptables et leur syntaxe rigide.
__les outils pour gérer facilement la sécurité__
**draksec** : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à Internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
les outils faciles pour les pro
**drakautoinst** : Il s’agit là de fournir une disquette d’auto-installation qui répetera tout ou partie de votre première installation sur toutes les machines qu’il vous reste à configurer.
**drakxservices** : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le pare-feu, redémarrer le réseau.
-
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend--on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc la première barre oblique (slash) des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition montée sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst). Il est utile que ce répertoire soit sur une partition à part (une petite partition de 50Mo est très largement suffisante) si vous souhaitez par la suite installer plusieurs distributions Linux en même temps.


Revision [961]

Edited on 2006-10-24 14:11:51 by FredxX
Additions:
''**drak3D** : Sous Mandriva 2007, c'est l'outil qui vous permettra d'activer et de configurer la gestion en 3 dimensions de votre bureau.''
Deletions:
**drak3D** : Sous Mandriva 2007, c'est l'outil qui vous permettra d'activer et de configurer la gestion en 3 dimensions de votre bureau.


Revision [960]

Edited on 2006-10-24 14:11:17 by FredxX
Additions:
**drak3D** : Sous Mandriva 2007, c'est l'outil qui vous permettra d'activer et de configurer la gestion en 3 dimensions de votre bureau.
Deletions:
''Edit
**drak3D** : Sous Mandriva 2007, c'est l'outil qui vous permettra d'activer et de configurer la gestion en 3 dimensions de votre bureau."


Revision [959]

Edited on 2006-10-24 14:09:04 by FredxX
Additions:
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser une autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer. La commande Drakx11 gère aussi l'affichage.
''Edit
**drak3D** : Sous Mandriva 2007, c'est l'outil qui vous permettra d'activer et de configurer la gestion en 3 dimensions de votre bureau."
**drakonline** (ou mandriva online) : Ce logiciel surveille l’existence de mises à jour du système et de tous vos logiciels installés. Il les téléchargera et installera. Service payant : 19,90 euros par an à la date de publication de cet article, mais dépend de votre abonnement au club.
kiosk : ce nouveau service de Mandriva permet de choisir des suites logicielles, de les télécharger, de les installer et tout cela en 3 clics de souris. service payant : tarif non connu à la date de publication de cet article
Deletions:
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser une autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer. La commande Drakx11 gère aussi l'affichage, et l'outil drak3d gère les paramètres de configuration de la 3D de la 2007.
**drakonline ou mandriva online** : Ce logiciel surveille l’existence de mises à jour du système et de tous vos logiciels installés. Il les téléchargera et installera. Service payant : 19,90 euros par an à la date de publication de cet article, mais dépend de votre abonnement au club.
**kiosk** : ce nouveau service de Mandriva permet de choisir des suites logicielles, de les télécharger, de les installer et tout cela en 3 clics de souris. service payant : tarif non connu à la date de publication de cet article


Revision [958]

Edited on 2006-10-24 14:04:42 by FredxX
Additions:
Sous Mandriva 2006, cette commande permet de configurer Mandriva pour la rendre immédiatement prête pour le multimédia : lire des DVD commerciaux, lire les fichiers audio et vidéo Windows, etc. (commande à compléter) : dans une console, en super-utilisateur, entrez la ligne suivante et validez.
modif :
** A vérifier avec une Mandriva 2007, je n'ai pas trouvé les paquets libdvdplay0 et libdvdcontrol9 dans les sources.**
Deletions:
Cette commande permet de configurer Mandriva pour la rendre immédiatement prête pour le multimédia : lire des DVD commerciaux, lire les fichiers audio et vidéo Windows, etc. (commande à compléter) : dans une console, en super-utilisateur, entrez la ligne suivante et validez.


Revision [957]

Edited on 2006-10-21 21:59:03 by FredxX
Additions:
__Les outils pour installer facilement des logiciels et faire les mises à jour__
__les outils pour gérer facilement la sécurité__
Deletions:
Les outils pour installer facilement des logiciels et faire les mises à jour
les outils pour gérer facilement la sécurité


Revision [950]

Edited on 2006-10-20 19:12:45 by LeBarhon
Additions:
Traduction anglaise de la partie c'-dessous proposée par Lebarhon, **{{color c="red" text="merci de bien vouloir rédiger en rouge"}}** toute modification de l'original
Deletions:
Traduction proposée par Lebarhon, merci de me prévenir de toute modification de l'original (quelques mots ici suffisent)


Revision [938]

Edited on 2006-10-19 10:24:57 by DocteurN
Deletions:
====J'utilisais un logiciel sous Windows, qu'existe-t-il d'équivalent sous Mandriva ?====
Vous réfléchissez à installer la dernière version de la distribution Mandriva Linux ou même mieux vous avez franchi le pas et venez tout juste de l'installer, mais vous vous interrogez sur les logiciels que vous allez pouvoir utiliser sous votre nouveau système d'exploitation afin de remplacer ceux dont aviez l'habitude auparavant sous Windows.
Et bien le but de cet article (au sein d'une série d'articles dont celui-ci est le premier) est de vous éclairer sur ce point tout en sachant que pour simplifier, un exemple d'application sous Linux est choisi arbitrairement mais qu'il existe souvent plusieurs logiciels avec les mêmes fonctions, et libre à vous bien sûr, une fois familiarisé avec votre nouvel environnement, de les tester un par un pour faire votre propre choix.
===Gestion des finances : GnuCash===
""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash1.png"><img class="left" alt="splashscreengnucash" title="gnucash1" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash1.png" /></a>""**Présentations**
Pour commencer nous allons aborder la gestion des finances personnelles que beaucoup tiennent à jour sous Windows à l'aide du logiciel payant Microsoft Money ou ou du logiciel Quicken. Sous Mandriva Linux, le logiciel de gestion des comptes personnels s'appelle GnuCash. Vous le trouverez dans le menu K > Autres Applications > Finances. Il permet de suivre ses comptes bancaires, revenus et dépenses mais également gérer son portefeuille d'actions ou ses crédits immobiliers.
Puissant (il peut également servir pour une comptabilité simple de petite entreprise) mais assez simple à prendre en main, libre et gratuit, il est basé sur les principes de comptabilité avec équilibre entre les entrées et les sorties d'argent (double-entrée). De ce fait, sous GnuCash chaque catégorie de dépenses ou recettes correspond à un compte. L'entrée de dépenses et ou de revenus est simplifiée grâce une interface graphique aussi simple à remplir qu'un talon de chèque.
Virements, transactions récurrentes, gestion de prêt, portefeuille d'actions, tout est possible. De nombreux rapports et graphiques sont disponibles également permettant par exemple de visualiser rapidement la répartitions de vos dépenses/revenus.
**Autres fonctions en vrac**
- fenêtre de rapprochement avec les soldes de pointage et de rapprochement en cours,
- répartition de transactions sur plusieurs comptes/catégories,
- gestion des transactions récurrentes,
- portefeuille d'actions, d'obligations, de SICAV,
- nombreux rapports, graphiques : Revenus/Dépenses, bilan, flux monétaires...
**Migration de votre ancien logiciel de comptes vers GnuCash**
Un point important, comment migrer ses comptes de son logiciel sous Microsoft Windows vers GnuCash.
Et bien c'est assez simple. Il faut pour cela sauvegarder ses comptes sous Windows au format QIF (Quicken Interchange Format) et les importer sous GnuCash à l'aide de l'assistant qui se trouve dans le menu Fichier > Importer > Importer QIF. Vous retrouvez ainsi vos comptes personnels, mais également les catégories de revenus et dépenses devenues désormais des comptes.
**Mon point de vue personnel sur ce logiciel**
J'ai utilisé pendant de nombreuses années le logiciel Money sous Windows et honnêtement après quelques jours de découverte et d'utilisation j'ai vite oublié mes anciennes habitudes, et je préfère désormais utiliser GnuCash pour la gestion de mes comptes personnels familiaux.
__Les Plus__ :
- importation de comptes depuis les logiciels Windowsiens,
- saisie dans le registre des dépenses et des revenus rapide et facilitée par quelques petites astuces (comme + et - pour augmenter/diminuer la date d'un jour, systèmes d'autocomplémentation de la frappe au clavier)
- gestion des transactions récurrentes
- nombreux rapports et graphiques personnalisables.
__Les Moins__ :
- Pas d'aide en français récente
- Pas de protection des comptes par mot de passe.
**Quelques captures**
""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash2.png"><img alt="accueilgnucash" title="gnucash2" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash2_small.png" /></a>"" ""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash3.png"><img alt="registre" title="gnucash3" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash3_small.png" /></a>""


Revision [934]

Edited on 2006-10-18 15:34:40 by FredxX
Additions:
====Les chargeurs de démarrage Lilo et Grub====
====Liste des logiciels développés par Mandriva====
====Liste des paquetages utiles====
Deletions:
===Les chargeurs de démarrage Lilo et Grub===
===Liste des logiciels développés par Mandriva===
===Lancer un root graphique===
Il peut être utile de gérer et administrer votre ordinateur en mode graphique, avec les droits du super-utilisateur.
Rien de plus simple. Pour cela, lancez une console, passez en mode super-utilisateur (root) en entrant "su" puis le mot de passe. Ensuite tapez Konqueror. Cela lancera le gestionnaire de fichiers Konqueror.
===Liste des paquetages utiles===


Revision [933]

Edited on 2006-10-18 15:32:00 by FredxX
Deletions:
** TOUT CE QUI CE TROUVE EN DESSOUS EST OBSOLETE**
et bien on supprime ! ;) (fredxx)


Revision [932]

Edited on 2006-10-18 14:46:49 by DocteurN
Additions:
""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash1.png"><img class="left" alt="splashscreengnucash" title="gnucash1" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash1.png" /></a>""**Présentations**
**Quelques captures**
""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash2.png"><img alt="accueilgnucash" title="gnucash2" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash2_small.png" /></a>"" ""<a href="http://docteurn.free.fr/images/gnucash3.png"><img alt="registre" title="gnucash3" src="http://docteurn.free.fr/images/gnucash3_small.png" /></a>""
Deletions:
**Présentations**


Revision [931]

Edited on 2006-10-18 14:20:44 by DocteurN
Additions:
====J'utilisais un logiciel sous Windows, qu'existe-t-il d'équivalent sous Mandriva ?====
Vous réfléchissez à installer la dernière version de la distribution Mandriva Linux ou même mieux vous avez franchi le pas et venez tout juste de l'installer, mais vous vous interrogez sur les logiciels que vous allez pouvoir utiliser sous votre nouveau système d'exploitation afin de remplacer ceux dont aviez l'habitude auparavant sous Windows.
Et bien le but de cet article (au sein d'une série d'articles dont celui-ci est le premier) est de vous éclairer sur ce point tout en sachant que pour simplifier, un exemple d'application sous Linux est choisi arbitrairement mais qu'il existe souvent plusieurs logiciels avec les mêmes fonctions, et libre à vous bien sûr, une fois familiarisé avec votre nouvel environnement, de les tester un par un pour faire votre propre choix.
===Gestion des finances : GnuCash===
**Présentations**
Pour commencer nous allons aborder la gestion des finances personnelles que beaucoup tiennent à jour sous Windows à l'aide du logiciel payant Microsoft Money ou ou du logiciel Quicken. Sous Mandriva Linux, le logiciel de gestion des comptes personnels s'appelle GnuCash. Vous le trouverez dans le menu K > Autres Applications > Finances. Il permet de suivre ses comptes bancaires, revenus et dépenses mais également gérer son portefeuille d'actions ou ses crédits immobiliers.
Puissant (il peut également servir pour une comptabilité simple de petite entreprise) mais assez simple à prendre en main, libre et gratuit, il est basé sur les principes de comptabilité avec équilibre entre les entrées et les sorties d'argent (double-entrée). De ce fait, sous GnuCash chaque catégorie de dépenses ou recettes correspond à un compte. L'entrée de dépenses et ou de revenus est simplifiée grâce une interface graphique aussi simple à remplir qu'un talon de chèque.
Virements, transactions récurrentes, gestion de prêt, portefeuille d'actions, tout est possible. De nombreux rapports et graphiques sont disponibles également permettant par exemple de visualiser rapidement la répartitions de vos dépenses/revenus.
**Autres fonctions en vrac**
- fenêtre de rapprochement avec les soldes de pointage et de rapprochement en cours,
- répartition de transactions sur plusieurs comptes/catégories,
- gestion des transactions récurrentes,
- portefeuille d'actions, d'obligations, de SICAV,
- nombreux rapports, graphiques : Revenus/Dépenses, bilan, flux monétaires...
**Migration de votre ancien logiciel de comptes vers GnuCash**
Un point important, comment migrer ses comptes de son logiciel sous Microsoft Windows vers GnuCash.
Et bien c'est assez simple. Il faut pour cela sauvegarder ses comptes sous Windows au format QIF (Quicken Interchange Format) et les importer sous GnuCash à l'aide de l'assistant qui se trouve dans le menu Fichier > Importer > Importer QIF. Vous retrouvez ainsi vos comptes personnels, mais également les catégories de revenus et dépenses devenues désormais des comptes.
**Mon point de vue personnel sur ce logiciel**
J'ai utilisé pendant de nombreuses années le logiciel Money sous Windows et honnêtement après quelques jours de découverte et d'utilisation j'ai vite oublié mes anciennes habitudes, et je préfère désormais utiliser GnuCash pour la gestion de mes comptes personnels familiaux.
__Les Plus__ :
- importation de comptes depuis les logiciels Windowsiens,
- saisie dans le registre des dépenses et des revenus rapide et facilitée par quelques petites astuces (comme + et - pour augmenter/diminuer la date d'un jour, systèmes d'autocomplémentation de la frappe au clavier)
- gestion des transactions récurrentes
- nombreux rapports et graphiques personnalisables.
__Les Moins__ :
- Pas d'aide en français récente
- Pas de protection des comptes par mot de passe.


Revision [930]

Edited on 2006-10-18 12:19:48 by FredxX
Deletions:
- drakwizard


Revision [924]

Edited on 2006-10-17 11:42:42 by FredxX
Additions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux.
Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé.
Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Ainsi, si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous installez Mandriva Linux, Lilo vous proposera au démarrage, de charger au choix, Windows ou Mandriva.
Lilo se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) dans une confiuration par défaut, et donc plus exceptionnellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage.
Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre "comme avant". C'est une des questions que posent souvent les nouveaux utilisateurs de Mandriva venant de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès que vous insérerez votre disquette dans le lecteur au démarrage (et que votre bios est configuré avec une séquence de démarrage comprenant le lecteur de disquette en premier), Lilo prendra la main et vous proposera de démarrer sur le système de votre choix ; si vous ôtez la disquette, Windows démarrera comme s'il était tout seul !
Cas improbable : Si Mandriva ne vous a pas apporté satisfaction et que vous souhaitez désinstaller votre distribution, désinstaller Mandrive ne désinstallera pas Lilo, puisque les chargeurs de démarrages sont totalement indépendants de Mandriva. Installer Lilo sur une disquette, en attendant de voir si Mandriva vous plaît, est donc une solution très avantageuse, car le MBR n'aura pas été affecté par l'installation de Lilo. Si toutefois vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, pas de panique, la désinstallation de Lilo est possible. Trois possibilités vous sont offertes :
Deletions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insérerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, Windows démarrera comme s'il était seul ! Cas extrême : si par impossible vous estimiez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :


Revision [923]

Edited on 2006-10-17 11:18:03 by FredxX
Additions:
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser une autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer. La commande Drakx11 gère aussi l'affichage, et l'outil drak3d gère les paramètres de configuration de la 3D de la 2007.
**drakxtv** : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par Linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
__les outils pour utiliser facilement son ordinateur__
Deletions:
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser une autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
**drakxtv** : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par Linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
les outils pour utiliser facilement son ordinateur
- Drakx11


Revision [921]

Edited on 2006-10-16 18:02:19 by FredxX
Deletions:
- drakconf :
- userdrake ou drakuser :
merci de m'aider en complétant et en reprenant la doc de beuse


Revision [920]

Edited on 2006-10-16 10:00:22 by PtyXxx [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquetages -parfois appelés aussi « paquets » - (les fichiers rpm), destinés à être installés sur Mandriva Linux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site Internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, car certaines sources disponibles via Internet sont mises à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD, par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le système d'exploitation ira chercher le logiciel (autrement dit : le paquetage) que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis un endroit sûr et installe tout cela, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique, non ?
**club.commercial_x86-32** : (version Mandriva 32 bits) source contenant les applications que Mandriva a choisi de réserver en priorité aux membres de son club. Il contient des applications propriétaires et des pilotes (drivers).
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insérerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, Windows démarrera comme s'il était seul ! Cas extrême : si par impossible vous estimiez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vous aurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez "Pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre ?", avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et en outre d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Mettez ici les paquetages qui vous semblent indispensables (sans la version, car la commande urpmi la trouvera). Pour ma part, je mettrais les thèmes qui me semblent jolis et qui installeront les dépendances. ça vous va ? (ex : plutôt que mettre superkaramba, je mettrais directement superkaramba liquid weather).
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend--on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc la première barre oblique (slash) des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition montée sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
Les utilisateurs avancés qui installent par eux-mêmes des applications (qu'elles soient précompilées ou compilées par leur soin) les placent parfois dans le répertoire /opt (dont certains vont jusqu'à faire une partition autonome).
Deletions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installés sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site Internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, puisque certaines sources disponibles via Internet sont mises à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD, par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le système d'exploitation ira chercher le logiciel (dit : paquetage) que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis un endroit sûr et installe tout cela, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique non ?
**club.commercial_x86-32** : (version Mandriva 32 bits) source contenant les applications que Mandriva a choisi de réserver en priorité aux membres de son club. Il contient des applications propriétaires et des drivers.
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, Windows démarrera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimiez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vous aurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez "Pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre ?" avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et en outre d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Mettez ici les paquetages qui vous semblent indispensables (sans la version, car la commande urpmi la trouvera). Pour ma part, je mettrai les thèmes qui me semblent jolis et qui installeront les dépendances. ça vous va ? (ex : plutot que mettre superkaramba, je mettrai directement superkaramba liquid weather).
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend--on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).


Revision [919]

Edited on 2006-10-15 23:07:24 by PtyXxx [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
**drakconnect** : Configurer Internet est loin d’être facile et la plupart des fournisseurs d’accès proposent leur CD Windows d’autoinstallation (pas toujours très efficace d’ailleurs) Drakconnect vous proposera en quelques clics de configurer votre ADSL.Il saura utiliser les "adslbox", les modems ethernet et quelques modems usb (comme le sagem fast 800 ou le speedtouch).
**drakgw** : Ce petit script permet de partager votre connexion Internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous Linux ou Windows.
**net_monitor** : il s’agit d’un outil permettant d’activer une connexion réseau ou Internet et d’en vérifier le fonctionnement. On préfèrera net_applet, un petit outil en barre des tâches qui a les mêmes fonctions (sauf le graphique).
**mandi et drakefirewall** : Le pare-feu est devenu obligatoire pour surfer sur Internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaître les règles iptables et leur syntaxe rigide.
**drakauth** : il s’agit là d’un outil de configuration pour l’authentification réseau. Il supporte l’authentification LDAP, NIS, sur nom de domaine Windows ou sur active directory.
**draksec** : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à Internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
**drakperm** : la gestion des permissions. Mandriva Linux comme tout système Linux est sécurisé et les permissions d’accès en sont une composante essentielle. A l’installation, vous avez choisi entre plusieurs niveaux de sécurité (normale, haute, paranoïaque...). Drakperm permet de gérer plus finement chacune des permissions pour les fichiers sensibles (ou tout autre fichier que vous voudriez mettre sous contrôle).
**drakxservices** : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le pare-feu, redémarrer le réseau.
**drakwizard** : Il s’agit du nom du paquetage RPM qui ajoute à drakconf les outils dédiés aux serveurs. Vous y trouverez par exemple un gestionnaire d’onduleur, un installeur de serveur Web, de serveur ftp, de serveur Samba ou encore de messagerie.
Lorsque l'on fait ses débuts dans le monde de Linux, il est parfois difficile de se retrouver dans cette arborescence. Nous allons donc vous aider à vous y retrouver parmi ces innombrables répertoires.
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend--on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
On entend par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application peut être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl ou encore une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir couramment d'autres) ? Pour une question de sécrutié et d'organisation. Ainsi on trouvera essentiellement dans le répertoire /bin, des applications en ligne utiles pour l'exécution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quant à lui, regroupe les applications de base en ligne de commande permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer, supprimer ou formater une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).
Chaque application vient avec son lot de fichiers de données. Par exemple, un logiciel comme gcompris (logiciel éducatif) contient des images, des sons, et des fichiers textes qui lui sont propres et dont gcompris a besoin pour son bon fonctionnement. Ces fichiers de données sont placés dans /usr/share/[nom de l'application]. On peut aussi les trouver dans /usr/local/share ou /opt/share si l'application est installée dans /usr/local/bin ou /opt/bin. Ainsi, les fonds d'écran installés par le rpm wallpapers sont placés dans /usr/share/wallpapers.
Les fichiers de configuration diffèrent des fichiers de données par le fait qu'ils peuvent être modifiés par les utilisateurs. De manière générale, les fichiers de configuration sont placés dans /etc pour les applications systèmes ou serveur et dans le répertoire utilisateur pour les applications classiques. Ainsi les fichiers de configuration d'un serveur Apache (application serveur) se trouvent dans /etc/httpd/ et les fichiers de configuration de KDE se trouvent dans ~/.kde où ~ représente le dossier personnel.
La plupart des programmes possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Cela veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une bibliothèque. Au lieu qu'un exécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une bibliothèque. Au lancement de l'exécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les bibliothèques appelées par le programme. Ainsi, une même bibliothèque peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une bibliothèque. L'inconvénient est que si une bibliothèque est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les bibliothèques se trouvent en général dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Sous Linux, tous les périphériques sont représentés par un fichier et sont placés dans le répertoire /dev. Une souris pourra être représentée par /dev/mouse, une carte son /dev/snd...
Deletions:
**drakconnect** : Configurer internet est loin d’être facile et la plupart des fournisseurs d’accès proposent leur CD Windows d’autoinstallation (pas toujours très efficace d’ailleurs) Drakconnect vous proposera en quelques clics de configurer votre ADSL.Il saura utiliser les "adslbox", les modem ethernet et quelques modem usb (comme le sagem fast 800 ou le speedtouch).
**drakgw** : Ce petit script permet de partager votre connexion internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous linux ou windows.
**net_monitor** : il s’agit d’un outil permettant d’activer une connexion réseau ou internet et d’en vérifier le fonctionnement. On préfèrera net_applet, un petit outil en barre de tâche qui a les mêmes fonctions (sauf le graphique).
**mandi et drakefirewall** : Le parefeu est devenu obligatoire pour surfer sur internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaitre les règles iptables et leur syntaxe rigide.
**drakauth** : il s’agit là d’un outil de configuration pour l’authentification réseau. Il supporte l’authentification LDAP, NIS, sur nom de domaine windows ou sur active directory.
**draksec** : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
**drakperm** : la gestion des permissions. MandrivaLinux comme tout système linux est sécurisé et les permissions d’accès en sont une composante essentielle. A l’installation, vous avez choisi entre plusieurs niveaux de sécurité (normale, haute, paranoïaque...). Drakperm permet de gérer plus finement chacune des permissions pour les fichiers sensibles (ou tout autre fichier que vous voudriez mettre sous contrôle).
**drakxservices** : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le parefeu, redémarrer le réseau.
**drakwizard** : Il s’agit du nom du paquetage RPM qui ajoute à drakconf les outils dédiés aux serveurs. Vous y trouverez par exemple un gestionnaire d’onduleur, un installeur de serveur web, de serveur ftp, de serveur samba ou encore de messagerie.
Lorsque l'on fait ses débuts dans le monde de Linux, il est parfois difficile de se retrouver dans cette arborescence. Nous allons donc vous aider à vous y retrouver parmis ces inombrables répertoires.
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend t-on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
On entend par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application peut être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl ou encore une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir couramment d'autres) ? Pour une question de sécrutié et d'organisation. Ainsi on trouvera essentiellement dans le répertoire /bin, des applications en ligne utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quant à lui, regroupe les applications de base en ligne de commande permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer, supprimer ou formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).
Chaque application vient avec son lot de fichiers de données. Par exemple, un logiciel comme gcompris (logiciel éducatif) contient des images, des sons, et des fichiers textes qui lui sont propres et dont gcompris à besoin pour son bon fonctionnement. Ces fichiers de données sont placés dans /usr/share/[nom de l'application]. On peut aussi les trouver dans /usr/local/share ou /opt/share si l'application est installée dans /usr/local/bin ou /opt/bin. Ainsi, les fonds d'écrans installés par le rpm wallpapers sont placés dans /usr/share/wallpapers.
Les fichiers de configurations diffèrent des fichiers de données par le fait qu'ils peuvent être modifiés par les utilisateurs. De manière générale, les fichiers de configuration sont placés dans /etc pour les applications systèmes ou serveur et dans le répertoire utilisateur pour les applications classiques. Ainsi les fichiers de configuration d'un serveur apache (application serveur) se trouvent dans /etc/httpd/ et les fichiers de configurations de KDE se trouvent dans ~/.kde où ~ représente le dossier personnel.
La plupart des programmes possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une bibliothèque. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une bibliothèque. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les bibliothèques appelées par le programme. Ainsi, une même bibliothèque peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une bibliothèque. L'inconvénient est que si une bibliothèque est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les bibliothèques se trouvent en général dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Sous Linux, tous les périphériques sont représentés par un fichier et sont placé dans le répertoire /dev. Une souris pourra être représenté par /dev/mouse, une carte son /dev/snd...


Revision [918]

Edited on 2006-10-15 22:57:12 by PtyXxx [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, Windows démarrera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimiez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Vous trouverez aussi une documentation complète sur Lilo et son fonctionnement dans le répertoire /usr/share/doc/lilo-doc-<version>
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vous aurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez "Pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre ?" avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et en outre d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Très puissant, GRUB peut démarrer à peu près tout : Linux, Windows, BSD... et sait charger les noyaux Linux, Hurd et BSD. il reconnaît par ailleurs un grand nombre de systèmes de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, FAT32, JFS et XFS). De fait, il est très souple. Pour les systèmes non supportés nativement (DOS/Windows), il suffit d'utiliser l'instruction dite de "chainloading", de démarrage en chaine. Ainsi, quand vous choisissez d'avoir une entrée pour Windows dans votre chargeur de démarrage, Grub utilise la fonction chainloader.
Dans l'exemple, je vais installer une Mandriva Linux et j'ai donc créé pour elle une entrée que j'ai appelée maCooker et qui pointe vers la partition hda4 (Grub fonctionne ainsi: 0 pour a, 1 pour b, etc. puis il compte les partitions à partir de 0 donc la quatrième est: 0 1 2) 3 . On obtient donc au final : (hd0,3).
**diskdrake** : l’outil de partitionnement et montage de disques durs. Probablement l’outil le plus efficace de Mandriva car sa qualité est remarquable, par exemple pour retailler une partition Windows. Il forcera même une vérification au prochain lancement de cet OS !
**usermount** : outil de contrôle graphique des montages prédéfinis du fstab
**scannerdrake** : logiciel d’installation d’un scanner. S’il ne reconnaît pas votre scanner, il vous proposera la liste de tous les scanners et vous devrez identifier le vôtre. Ensuite, votre scanner sera reconnu par la plupart des logiciels : kooka, sane, gimp..
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser une autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
**drakxtv** : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par Linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
Deletions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Vous trouverez aussiune documentation complète sur Lilo et son fonctionnement dans le répertoire /usr/share/doc/lilo-doc-<version>
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vousaurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et plus d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Très puissant, GRUB peut démarrer à peu près tout : Linux, Windows, BSD... et sait charger les noyaux Linux, Hurd et BSD. il reconnait par ailleurs un grand nombre de systèmes de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, FAT32, JFS et XFS). De fait, il est très souple. Pour les sytèmes non supportés nativement (DOS/Windows), il suffir d'utiliser l'instruction dite de "chainloading", de démarrage en chaine. Ainsi, quand vous choisissez d'avoir une entrée pour Windows dans votre chargeur de démarrage, Grub utilise la fonction chainloader.
Dans l'exemple, je vais installer une Mandriva Linux et j'ai donc créé pour elle une entrée que appelée maCooker et qui pointe vers la partition hda4 (Grub fonctionne ainsi: 0 pour a, 1 pour b, etc. puis il compte les partitions à partir de 0 donc la quatrième est: 0 1 2) 3 . On obtient donc au final : (hd0,3).
**diskdrake** : l’outil de partitionnement et montage de disques durs. Probablement l’outil le plus efficace de Mandriva car sa qualité est remarquable, par exemple pour retailler une partition windows. Il forcera même une vérification au prochain lancement de cet OS !
**usermount** : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab
**scannerdrake** : logiciel d’installation d’un scanner. S’il ne reconnait pas votre scanner, il vous proposera la liste de tous les scanners et vous devrez identifier le vôtre. Ensuite, votre scanner sera reconnu par la plupart des logiciels : kooka, sane, gimp..
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser ne autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
**drakxtv** : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.


Revision [917]

Edited on 2006-10-15 22:49:44 by PtyXxx [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installés sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site Internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, puisque certaines sources disponibles via Internet sont mises à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD, par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
**main** : la source main contient les éléments essentiels au bon fonctionnement de votre système ainsi qu'un ensemble de logiciels les plus couramment utilisés.
**contrib** : source contenant les applications secondaires ne faisant pas parti de la source main. le répertoire pèse plus de 6 Go et est de loin le plus important disponible pour Mandriva
**update** : contient l'ensemble des mises à jour pour les versions officielles de Mandriva Linux
**plf-free** : tout comme plf-nonfree, plf-free est maintenu par un ensemble de bénévoles regroupés au sein du PLF (Penguin Liberation Front). plf-free contient les applications libres que Mandriva ne distribue pas comme les logiciels de peer-to-peer, les logiciels sous licence libre mais dont une partie du code est soumis à un brevet... (voir les mdv policy pour plus de détails).
**plf-nonfree** : contient les applications dont les licences sont soit floues soit non libre. On y trouvera donc des applications propriétaires comme googleearth, des codecs vidéo ou audio, des drivers (ex : cartes ATI et Nvidia), et des firmwares (wifi pour Intel Centrino, certains modem...).
**Jpackage** : source contenant les applications spécifiques pour Java, ainsi que des alternatives libres à Java. (On pourrait le nommer serveur contrib-java).
Comme on vient de le voir, il existe de nombreuses sources dont on vient d'énumérer les plus importantes. Il faut savoir aussi que ces sources existent toutes en plusieurs versions différentes. Par exemple, il existe une version de la source main pour chaque version de Mandriva Linux, et ce pour chacune des architectures supportées (ce qui est logique dans la mesure où la source main est la base même de la distribution). C'est aussi le cas pour les autres sources (il se peut cependant, que certaines sources n'existent pas pour certaines architectures). En résumé, pour main, on aura une version pour Mandriva Linux 2006 pour x86, une autre pour Mandriva Linux 2006 pour x86-64, encore une autre pour Mandriva 2007 pour x86... Nous devons donc prendre ceci en considération lorsque nous configurons nos sources.
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépendant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitation qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur Windows ou sur Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consiste à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
- drakconf :
- draksec : le gestionnaire de sécurité.
merci de m'aider en complétant et en reprenant la doc de beuse
http://beuselinck.com/spip/article.php3?id_article=25
Deletions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installés sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, puisque certaines sources disponibles via internet sont mises à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD, par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
**main** : la source main contient les éléments essentiels au bon fonctionnement de votre système ainsi qu'un ensemble de logiciels les plus courammants utilisés.
**contrib** : source contenant les applications secondaires ne faisant pas parti de la source main. le répertoire pèse plus de 6Go et est de loin le plus important disponible pour Mandriva
**update** : contient l'ensemble des mises à jour pour les versions officiels de MandrivaLinux
**plf-free** : tout comme plf-nonfree, plf-free est maintenu par un ensemble de bénévoles regroupés au sein du PLF (Penguin Liberation Front). plf-free contient les applications libres que Mandriva ne distribue pas comme les logiciels de peer-to-peer, les logiciels sous licence libre mais dont une partie du code soumit à un brevet... (voir les mdv policy pour plus de détails).
**plf-nonfree** : contient les applications dont les licences sont soit floues soit non libre. On y trouvera donc des applications propriétaires comme googleearth, des codecs vidéos ou audio, des drivers (ex : cartes ATI et Nvidia), et des firmware (wifi pour intel centrino, certains modem...).
**Jpackage** : source contenant les applications spécifiques pour java, ainsi que des alternatives libres à java. (On pourrait le nommer serveur contrib-java).
Comme on vient de le voir, il existe de nombreuses sources dont on vient dénumérer les plus importantes. Il faut savoir aussi que ces sources existent toutes dans plusieurs versions différentes. Par exemple, il existe une version de la source main pour chaque version de MandrivaLinux, et ce pour chacune des architectures supportées (ce qui est logique dans la mesure où la source main est la base même de la distribution). C'est aussi le cas pour les autres sources (il se peut cependant, que certaines sources n'existent pas pour certaines architectures). En résumé, pour main, on aura une version pour MandrivaLinux 2006 pour x86, une autre pour MandrivaLinux 2006 pour x86-64, encore une autre pour Mandriva 2007 pour x86... Nous devons donc prendre ceci en considération lorsque nous configurons nos sources.
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépenant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitations qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur windows ou Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consite à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :


Revision [916]

Edited on 2006-10-15 22:40:04 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Deletions:
- drakconf :
- draksec : le gestionnaire de sécurité.
merci de m'aider en complétant et en reprenant la doc de beuse
http://beuselinck.com/spip/article.php3?id_article=25


Revision [907]

Edited on 2006-10-14 00:16:02 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
**mcc** : Centre de Controle Mandriva en mode console. Dans le cas où votre interface graphique ne se lance pas, essayer la commande mcc sous root.
**harddrake** : l’outil que l’on oublie. C’est l’outil qui détecte au démarrage et configure automatiquement tout nouveau matériel.
**harddrake2** : Cet utilitaire effectue une véritable cartographie des composants de votre ordinateur et vous permettra de lancer les outils de configuration adaptés au périphérique choisi.
**diskdrake** : l’outil de partitionnement et montage de disques durs. Probablement l’outil le plus efficace de Mandriva car sa qualité est remarquable, par exemple pour retailler une partition windows. Il forcera même une vérification au prochain lancement de cet OS !
**usermount** : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab
**printerdrake** : l’outil de configuration ultra-simple des imprimantes. Il détecte les imprimantes locales, à défaut les imprimantes réseaux, détermine leur nom et modèle, les installe pour votre système et pour vos logiciels (notamment OpenOffice). La plupart des modèles de multifonctions (imprimante+scanner) voient leur scanner configuré dans la foulée. Pour certaines imprimantes (notamment Epson et HP), un logiciel vous donnera le niveau d’encre disponible.
**drakkeyboard** : vous permet de choisir votre clavier dans une liste.
**drakmouse** : Il vous permet de choisir votre souris (usb, tablette, ps2, avec ou sans roulette...)
**draksound** : Il permet la résolution des problèmes de son si jamais vous étiez confronté à un tel problème.
**scannerdrake** : logiciel d’installation d’un scanner. S’il ne reconnait pas votre scanner, il vous proposera la liste de tous les scanners et vous devrez identifier le vôtre. Ensuite, votre scanner sera reconnu par la plupart des logiciels : kooka, sane, gimp..
**XFdrake** : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser ne autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
**drakxtv** : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
**localedrake** : cette application va vous permettre de choisir votre langue et votre pays auxquels sont associés une page de code (iso8859-15 ou utf-8 par exemple). Vous avez déjà probablement reçu des courriels dont les lettres accentuées ont été remplacées par des caractère curieux. localedrake vous évitera cette déconvenue et vous facilitera le passage à une autre langue rapidement.
**drakboot** : il permet de lancer automatiquement l’interface graphique au démarrage, y-compris en connectant tout de suite un utilisateur sans qu’il y ait besoin de mot de passe. Vous allumerez votre PC et vous n’aurez plus qu’à attendre d’arriver à l’interface de travail sans avoir eu besoin de saisir un nom ou un mot de passe.
**drakedm et mdkkdm** : Le premier permet de choisir son gestionnaire de connexion (xdm, gdm, kdm...), le second est une version modifiée de kdm pour répondre aux exigences de facilité demandées par les utilisateurs.
**drakclock** : mettre à l’heure votre PC est tout à fait basique et toutes les distributions vous le proposent. La différence est qu’en un clic de souris vous synchroniserez celle-ci avec des serveurs de temps : L’assurance d’une horloge précise et toujours à l’heure
**drakfont** : le logiciel de polices de caractère vous permet de visualiser, importer désintaller des polices de caractère. En quelques clics et vous récupèrerez les polices de caractères que vous utilisiez sous Windows.
**draksplash** : Ce logiciel vous permet de configurer votre propre thème graphique, c’est-à-dire l’aspect visuel du démarrage à l’extinction de votre machine.
**rpmdrake** : c’est l’outil graphique de recherche, installation et désinstallation de logiciels. Ils sont classés par thème ou par ordre alphabétique ce qui permet en 4 ou 5 clics de les installer mais vous pouvez également effectuer une recherche pour trouver parmi le catalogue de logiciels fournis celui dont vous avez besoin. Vous pourrez ajouter des sources de téléchargement pour faire votre choix parmi des milliers de logiciels ou mettre à jour très facilement votre système.
**drakonline ou mandriva online** : Ce logiciel surveille l’existence de mises à jour du système et de tous vos logiciels installés. Il les téléchargera et installera. Service payant : 19,90 euros par an à la date de publication de cet article, mais dépend de votre abonnement au club.
**kiosk** : ce nouveau service de Mandriva permet de choisir des suites logicielles, de les télécharger, de les installer et tout cela en 3 clics de souris. service payant : tarif non connu à la date de publication de cet article
**drakconnect** : Configurer internet est loin d’être facile et la plupart des fournisseurs d’accès proposent leur CD Windows d’autoinstallation (pas toujours très efficace d’ailleurs) Drakconnect vous proposera en quelques clics de configurer votre ADSL.Il saura utiliser les "adslbox", les modem ethernet et quelques modem usb (comme le sagem fast 800 ou le speedtouch).
**drakroam** : Ce logiciel recherche les réseaux wifi disponibles et vous permet d’en sélectionner un.
**drakgw** : Ce petit script permet de partager votre connexion internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous linux ou windows.
**net_monitor** : il s’agit d’un outil permettant d’activer une connexion réseau ou internet et d’en vérifier le fonctionnement. On préfèrera net_applet, un petit outil en barre de tâche qui a les mêmes fonctions (sauf le graphique).
**mandi et drakefirewall** : Le parefeu est devenu obligatoire pour surfer sur internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaitre les règles iptables et leur syntaxe rigide.
**drakbackup** : outil de sauvegarde et de restauration de vos données et fichiers de configuration. Là encore tout se fait en quelques clics de souris.
**drakauth** : il s’agit là d’un outil de configuration pour l’authentification réseau. Il supporte l’authentification LDAP, NIS, sur nom de domaine windows ou sur active directory.
**draksec** : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
**drakperm** : la gestion des permissions. MandrivaLinux comme tout système linux est sécurisé et les permissions d’accès en sont une composante essentielle. A l’installation, vous avez choisi entre plusieurs niveaux de sécurité (normale, haute, paranoïaque...). Drakperm permet de gérer plus finement chacune des permissions pour les fichiers sensibles (ou tout autre fichier que vous voudriez mettre sous contrôle).
**rfbdrake** : Il s’agit d’un outil de prise de main à distance très facile d’utilisation. Deux clics et un mot de passe suffisent à autoriser les prises de main à distance sur son PC. Du côté du PC qui doit prendre la main sur l’autre, il suffit d’identifier le PC (par son IP) et de donner le mot de passe associé.
**drakautoinst** : Il s’agit là de fournir une disquette d’auto-installation qui répetera tout ou partie de votre première installation sur toutes les machines qu’il vous reste à configurer.
**drakhosts** : affiche et gère le nommage de la machine sur le réseau
**logdrake** : Il s’agit d’un outil pour afficher les évènements présents dans les logs. Il permet notamment une recherche par date et mot-clef, ce qui s’avère pratique pour certains logs volumineux.
**draknfs** : gestionnaire de partage de dossier sur un réseau. Il permet lorsque plusieurs machines sont reliées par réseau d’accéder aux fichiers de cette machine à distance
**draksambashare** : Samba est le logiciel de partage de fichiers et ressources avec des machines sous Windows. Draksambashare vous permet de configurer facilement ce partage.
**drakTermServ** : l’outil d’installation de terminal-server
**drakups** : Ce logiciel communique avec votre onduleur.
**userdrake** : ce logiciel vous permet d’administrer très facilement vos utilisateurs : création, modification ou suppression, tout se fait en quelques clics. La gestion des dossiers personnels, des permissions est faite automatiquement
**drakxservices** : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le parefeu, redémarrer le réseau.
**drakconf** (ou Mandriva Controle Center = MCC) : Ce n’est pas à proprement parler un outil. MCC regroupe les outils cités classés par thèmes. Il permet également de visualiser les journaux y-compris pendant que vous utilisez l"un des outils. En sélectionnant "affiche r le journal", vous verrez ce que fait chaque outil sur votre système : quel fichier est modifié, quel application ou service est lancé ou arrêté.
**drakwizard** : Il s’agit du nom du paquetage RPM qui ajoute à drakconf les outils dédiés aux serveurs. Vous y trouverez par exemple un gestionnaire d’onduleur, un installeur de serveur web, de serveur ftp, de serveur samba ou encore de messagerie.
**DrakFirstTime** : outil lancé automatiquement lors de la première connexion après l'installation. Accessible en ligne de commande: drakclub (sous root)
- Drakx11
Deletions:
mcc: Centre de Controle Mandriva en mode console. Dans le cas où votre interface graphique ne se lance pas, essayer la commande mcc sous root.
harddrake : l’outil que l’on oublie. C’est l’outil qui détecte au démarrage et configure automatiquement tout nouveau matériel.
harddrake2 : Cet utilitaire effectue une véritable cartographie des composants de votre ordinateur et vous permettra de lancer les outils de configuration adaptés au périphérique choisi.
diskdrake : l’outil de partitionnement et montage de disques durs. Probablement l’outil le plus efficace de Mandriva car sa qualité est remarquable, par exemple pour retailler une partition windows. Il forcera même une vérification au prochain lancement de cet OS !
usermount : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab
printerdrake : l’outil de configuration ultra-simple des imprimantes. Il détecte les imprimantes locales, à défaut les imprimantes réseaux, détermine leur nom et modèle, les installe pour votre système et pour vos logiciels (notamment OpenOffice). La plupart des modèles de multifonctions (imprimante+scanner) voient leur scanner configuré dans la foulée. Pour certaines imprimantes (notamment Epson et HP), un logiciel vous donnera le niveau d’encre disponible.
drakkeyboard : vous permet de choisir votre clavier dans une liste.
drakmouse : Il vous permet de choisir votre souris (usb, tablette, ps2, avec ou sans roulette...)
draksound : Il permet la résolution des problèmes de son si jamais vous étiez confronté à un tel problème.
scannerdrake : logiciel d’installation d’un scanner. S’il ne reconnait pas votre scanner, il vous proposera la liste de tous les scanners et vous devrez identifier le vôtre. Ensuite, votre scanner sera reconnu par la plupart des logiciels : kooka, sane, gimp..
XFdrake : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser ne autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
drakxtv : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
localedrake : cette application va vous permettre de choisir votre langue et votre pays auxquels sont associés une page de code (iso8859-15 ou utf-8 par exemple). Vous avez déjà probablement reçu des courriels dont les lettres accentuées ont été remplacées par des caractère curieux. localedrake vous évitera cette déconvenue et vous facilitera le passage à une autre langue rapidement.
drakboot : il permet de lancer automatiquement l’interface graphique au démarrage, y-compris en connectant tout de suite un utilisateur sans qu’il y ait besoin de mot de passe. Vous allumerez votre PC et vous n’aurez plus qu’à attendre d’arriver à l’interface de travail sans avoir eu besoin de saisir un nom ou un mot de passe.
drakedm et mdkkdm : Le premier permet de choisir son gestionnaire de connexion (xdm, gdm, kdm...), le second est une version modifiée de kdm pour répondre aux exigences de facilité demandées par les utilisateurs.
drakclock : mettre à l’heure votre PC est tout à fait basique et toutes les distributions vous le proposent. La différence est qu’en un clic de souris vous synchroniserez celle-ci avec des serveurs de temps : L’assurance d’une horloge précise et toujours à l’heure
drakfont : le logiciel de polices de caractère vous permet de visualiser, importer désintaller des polices de caractère. En quelques clics et vous récupèrerez les polices de caractères que vous utilisiez sous Windows.
draksplash : Ce logiciel vous permet de configurer votre propre thème graphique, c’est-à-dire l’aspect visuel du démarrage à l’extinction de votre machine.
rpmdrake : c’est l’outil graphique de recherche, installation et désinstallation de logiciels. Ils sont classés par thème ou par ordre alphabétique ce qui permet en 4 ou 5 clics de les installer mais vous pouvez également effectuer une recherche pour trouver parmi le catalogue de logiciels fournis celui dont vous avez besoin. Vous pourrez ajouter des sources de téléchargement pour faire votre choix parmi des milliers de logiciels ou mettre à jour très facilement votre système.
drakonline ou mandriva online [1] : Ce logiciel surveille l’existence de mises à jour du système et de tous vos logiciels installés. Illes téléchargera et installera.
kiosk [2] : ce nouveau service de Mandriva permet de choisir des suites logicielles, de les télécharger, de les installer et tout cela en 3 clics de souris.
drakconnect : Configurer internet est loin d’être facile et la plupart des fournisseurs d’accès proposent leur CD Windows d’autoinstallation (pas toujours très efficace d’ailleurs) Drakconnect vous proposera en quelques clics de configurer votre ADSL.Il saura utiliser les "adslbox", les modem ethernet et quelques modem usb (comme le sagem fast 800 ou le speedtouch).
drakroam : Ce logiciel recherche les réseaux wifi disponibles et vous permet d’en sélectionner un.
drakgw : Ce petit script permet de partager votre connexion internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous linux ou windows.
net_monitor : il s’agit d’un outil permettant d’activer une connexion réseau ou internet et d’en vérifier le fonctionnement. On préfèrera net_applet, un petit outil en barre de tâche qui a les mêmes fonctions (sauf le graphique).
mandi et drakefirewall : Le parefeu est devenu obligatoire pour surfer sur internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaitre les règles iptables et leur syntaxe rigide.
drakbackup : outil de sauvegarde et de restauration de vos données et fichiers de configuration. Là encore tout se fait en quelques clics de souris.
drakauth : il s’agit là d’un outil de configuration pour l’authentification réseau. Il supporte l’authentification LDAP, NIS, sur nom de domaine windows ou sur active directory.
draksec : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
drakperm : la gestion des permissions. MandrivaLinux comme tout système linux est sécurisé et les permissions d’accès en sont une composante essentielle. A l’installation, vous avez choisi entre plusieurs niveaux de sécurité (normale, haute, paranoïaque...). Drakperm permet de gérer plus finement chacune des permissions pour les fichiers sensibles (ou tout autre fichier que vous voudriez mettre sous contrôle).
rfbdrake : Il s’agit d’un outil de prise de main à distance très facile d’utilisation. Deux clics et un mot de passe suffisent à autoriser les prises de main à distance sur son PC. Du côté du PC qui doit prendre la main sur l’autre, il suffit d’identifier le PC (par son IP) et de donner le mot de passe associé.
drakautoinst : Il s’agit là de fournir une disquette d’auto-installation qui répetera tout ou partie de votre première installation sur toutes les machines qu’il vous reste à configurer.
drakhosts : affiche et gère le nommage de la machine sur le réseau
logdrake : Il s’agit d’un outil pour afficher les évènements présents dans les logs. Il permet notamment une recherche par date et mot-clef, ce qui s’avère pratique pour certains logs volumineux.
draknfs : gestionnaire de partage de dossier sur un réseau. Il permet lorsque plusieurs machines sont reliées par réseau d’accéder aux fichiers de cette machine à distance
draksambashare : Samba est le logiciel de partage de fichiers et ressources avec des machines sous Windows. Draksambashare vous permet de configurer facilement ce partage.
drakTermServ : l’outil d’installation de terminal-server
drakups : Ce logiciel communique avec votre onduleur.
userdrake : ce logiciel vous permet d’administrer très facilement vos utilisateurs : création, modification ou suppression, tout se fait en quelques clics. La gestion des dossiers personnels, des permissions est faite automatiquement
drakxservices : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le parefeu, redémarrer le réseau.
drakconf (ou Mandriva Controle Center = MCC) : Ce n’est pas à proprement parler un outil. MCC regroupe les outils cités classés par thèmes. Il permet également de visualiser les journaux y-compris pendant que vous utilisez l"un des outils. En sélectionnant "affiche r le journal", vous verrez ce que fait chaque outil sur votre système : quel fichier est modifié, quel application ou service est lancé ou arrêté.
drakwizard : Il s’agit du nom du paquetage RPM qui ajoute à drakconf les outils dédiés aux serveurs. Vous y trouverez par exemple un gestionnaire d’onduleur, un installeur de serveur web, de serveur ftp, de serveur samba ou encore de messagerie.
DrakFirstTime : outil lancé automatiquement lors de la première connexion après l'installation. Accessible en ligne de commande: drakclub (sous root)
[1] service payant : 19,90 euros par an à la date de publication de cet article
[2] service payant : tarif non connu à la date de publication de cet article
- MandrivaOnline : pour faire les mises à jour automatiquement
- drakperm
- rfbdrake
- drakxservices : gestionnaire des services du démarrage
- drakfont
- drakbackup : outil de gestion des sauvegardes
- drakedm


Revision [906]

Edited on 2006-10-14 00:06:24 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Deletions:
- drakboot : gestionnaire de démarrage


Revision [898]

Edited on 2006-10-12 17:03:55 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Merci à beuze


Revision [897]

Edited on 2006-10-12 17:02:18 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
mcc: Centre de Controle Mandriva en mode console. Dans le cas où votre interface graphique ne se lance pas, essayer la commande mcc sous root.
__Les outils pour configurer facilement ses périphériques__
harddrake : l’outil que l’on oublie. C’est l’outil qui détecte au démarrage et configure automatiquement tout nouveau matériel.
harddrake2 : Cet utilitaire effectue une véritable cartographie des composants de votre ordinateur et vous permettra de lancer les outils de configuration adaptés au périphérique choisi.
diskdrake : l’outil de partitionnement et montage de disques durs. Probablement l’outil le plus efficace de Mandriva car sa qualité est remarquable, par exemple pour retailler une partition windows. Il forcera même une vérification au prochain lancement de cet OS !
usermount : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab
printerdrake : l’outil de configuration ultra-simple des imprimantes. Il détecte les imprimantes locales, à défaut les imprimantes réseaux, détermine leur nom et modèle, les installe pour votre système et pour vos logiciels (notamment OpenOffice). La plupart des modèles de multifonctions (imprimante+scanner) voient leur scanner configuré dans la foulée. Pour certaines imprimantes (notamment Epson et HP), un logiciel vous donnera le niveau d’encre disponible.
drakkeyboard : vous permet de choisir votre clavier dans une liste.
drakmouse : Il vous permet de choisir votre souris (usb, tablette, ps2, avec ou sans roulette...)
draksound : Il permet la résolution des problèmes de son si jamais vous étiez confronté à un tel problème.
scannerdrake : logiciel d’installation d’un scanner. S’il ne reconnait pas votre scanner, il vous proposera la liste de tous les scanners et vous devrez identifier le vôtre. Ensuite, votre scanner sera reconnu par la plupart des logiciels : kooka, sane, gimp..
XFdrake : Outil de configuration d’interface graphique. La plupart du temps, il détectera votre carte graphique, votre écran, sa meilleure configuration possible et configurera l’interface graphique en conséquence. Evidemment, si vous souhaitez utiliser ne autre résolution ou un pilote graphique différent. Vous pourrez faire votre choix puis essayer.
drakxtv : un gestionnaire de carte TV qui détectera votre carte et vous permettra de la configurer. La plupart du temps, les cartes TV sont correctement détectées et configurées par linux mais quand ce n’est pas le cas, drakxtv vous permet d’effectuer vous-même la configuration.
les outils pour utiliser facilement son ordinateur
localedrake : cette application va vous permettre de choisir votre langue et votre pays auxquels sont associés une page de code (iso8859-15 ou utf-8 par exemple). Vous avez déjà probablement reçu des courriels dont les lettres accentuées ont été remplacées par des caractère curieux. localedrake vous évitera cette déconvenue et vous facilitera le passage à une autre langue rapidement.
drakboot : il permet de lancer automatiquement l’interface graphique au démarrage, y-compris en connectant tout de suite un utilisateur sans qu’il y ait besoin de mot de passe. Vous allumerez votre PC et vous n’aurez plus qu’à attendre d’arriver à l’interface de travail sans avoir eu besoin de saisir un nom ou un mot de passe.
drakedm et mdkkdm : Le premier permet de choisir son gestionnaire de connexion (xdm, gdm, kdm...), le second est une version modifiée de kdm pour répondre aux exigences de facilité demandées par les utilisateurs.
drakclock : mettre à l’heure votre PC est tout à fait basique et toutes les distributions vous le proposent. La différence est qu’en un clic de souris vous synchroniserez celle-ci avec des serveurs de temps : L’assurance d’une horloge précise et toujours à l’heure
drakfont : le logiciel de polices de caractère vous permet de visualiser, importer désintaller des polices de caractère. En quelques clics et vous récupèrerez les polices de caractères que vous utilisiez sous Windows.
draksplash : Ce logiciel vous permet de configurer votre propre thème graphique, c’est-à-dire l’aspect visuel du démarrage à l’extinction de votre machine.
Les outils pour installer facilement des logiciels et faire les mises à jour
rpmdrake : c’est l’outil graphique de recherche, installation et désinstallation de logiciels. Ils sont classés par thème ou par ordre alphabétique ce qui permet en 4 ou 5 clics de les installer mais vous pouvez également effectuer une recherche pour trouver parmi le catalogue de logiciels fournis celui dont vous avez besoin. Vous pourrez ajouter des sources de téléchargement pour faire votre choix parmi des milliers de logiciels ou mettre à jour très facilement votre système.
drakonline ou mandriva online [1] : Ce logiciel surveille l’existence de mises à jour du système et de tous vos logiciels installés. Illes téléchargera et installera.
kiosk [2] : ce nouveau service de Mandriva permet de choisir des suites logicielles, de les télécharger, de les installer et tout cela en 3 clics de souris.
__les outils pour configurer facilement internet__
drakconnect : Configurer internet est loin d’être facile et la plupart des fournisseurs d’accès proposent leur CD Windows d’autoinstallation (pas toujours très efficace d’ailleurs) Drakconnect vous proposera en quelques clics de configurer votre ADSL.Il saura utiliser les "adslbox", les modem ethernet et quelques modem usb (comme le sagem fast 800 ou le speedtouch).
drakroam : Ce logiciel recherche les réseaux wifi disponibles et vous permet d’en sélectionner un.
drakgw : Ce petit script permet de partager votre connexion internet très facilement avec d’autres ordianteurs sous linux ou windows.
net_monitor : il s’agit d’un outil permettant d’activer une connexion réseau ou internet et d’en vérifier le fonctionnement. On préfèrera net_applet, un petit outil en barre de tâche qui a les mêmes fonctions (sauf le graphique).
mandi et drakefirewall : Le parefeu est devenu obligatoire pour surfer sur internet. Cet outil vous permet de le configurer en quelques clics de souris. Nul besoin de connaitre les règles iptables et leur syntaxe rigide.
les outils pour gérer facilement la sécurité
drakbackup : outil de sauvegarde et de restauration de vos données et fichiers de configuration. Là encore tout se fait en quelques clics de souris.
drakauth : il s’agit là d’un outil de configuration pour l’authentification réseau. Il supporte l’authentification LDAP, NIS, sur nom de domaine windows ou sur active directory.
draksec : le logiciel de gestion des sécurités. Il gère les niveaux de sécurité. La plupart du temps, vous aurez juste un choix à exprimer allant de "très faible" à "paranoïaque". Un niveau élevé vous sera conseillé pour un PC se connectant à internet. Evidemment, si vous voulez gérer plus précisèment votre sécurité, cet outil vous le permet. Vous pourrez changer parmi ses nombreuses règles de sécurité celles qui ne vous conviennent pas ou créer vos propres règles.
drakperm : la gestion des permissions. MandrivaLinux comme tout système linux est sécurisé et les permissions d’accès en sont une composante essentielle. A l’installation, vous avez choisi entre plusieurs niveaux de sécurité (normale, haute, paranoïaque...). Drakperm permet de gérer plus finement chacune des permissions pour les fichiers sensibles (ou tout autre fichier que vous voudriez mettre sous contrôle).
les outils faciles pour les pro
rfbdrake : Il s’agit d’un outil de prise de main à distance très facile d’utilisation. Deux clics et un mot de passe suffisent à autoriser les prises de main à distance sur son PC. Du côté du PC qui doit prendre la main sur l’autre, il suffit d’identifier le PC (par son IP) et de donner le mot de passe associé.
drakautoinst : Il s’agit là de fournir une disquette d’auto-installation qui répetera tout ou partie de votre première installation sur toutes les machines qu’il vous reste à configurer.
drakhosts : affiche et gère le nommage de la machine sur le réseau
logdrake : Il s’agit d’un outil pour afficher les évènements présents dans les logs. Il permet notamment une recherche par date et mot-clef, ce qui s’avère pratique pour certains logs volumineux.
draknfs : gestionnaire de partage de dossier sur un réseau. Il permet lorsque plusieurs machines sont reliées par réseau d’accéder aux fichiers de cette machine à distance
draksambashare : Samba est le logiciel de partage de fichiers et ressources avec des machines sous Windows. Draksambashare vous permet de configurer facilement ce partage.
drakTermServ : l’outil d’installation de terminal-server
drakups : Ce logiciel communique avec votre onduleur.
userdrake : ce logiciel vous permet d’administrer très facilement vos utilisateurs : création, modification ou suppression, tout se fait en quelques clics. La gestion des dossiers personnels, des permissions est faite automatiquement
drakxservices : Vous gérerez ici le démarrage de vos services. Définition du service, état, mise en route ou arrêt, mise en route au démarrage de l’ordinateur. tout cela se fait en un clic de souris. Vous pourrez par exemple stopper le parefeu, redémarrer le réseau.
le centre de controle pour trouver facilement le bon outil
drakconf (ou Mandriva Controle Center = MCC) : Ce n’est pas à proprement parler un outil. MCC regroupe les outils cités classés par thèmes. Il permet également de visualiser les journaux y-compris pendant que vous utilisez l"un des outils. En sélectionnant "affiche r le journal", vous verrez ce que fait chaque outil sur votre système : quel fichier est modifié, quel application ou service est lancé ou arrêté.
drakwizard : Il s’agit du nom du paquetage RPM qui ajoute à drakconf les outils dédiés aux serveurs. Vous y trouverez par exemple un gestionnaire d’onduleur, un installeur de serveur web, de serveur ftp, de serveur samba ou encore de messagerie.
DrakFirstTime : outil lancé automatiquement lors de la première connexion après l'installation. Accessible en ligne de commande: drakclub (sous root)
[1] service payant : 19,90 euros par an à la date de publication de cet article
[2] service payant : tarif non connu à la date de publication de cet article
Deletions:
- Mandi : le pare feu interactif
- DrakFirstTime : outil lancé automatiquement lors de la première connexion après l'installation. Accessible en ligne de commande: drakclub (sous root)
- mcc: Centre de Controle Mandriva en mode console. Dans le cas où votre interface graphique ne se lance pas, essayer la commande mcc sous root.
- harddrake : gestionnaire
- drakkeyboard : gérer son clavier
- localedrake ou draklocale : gestionnaire de paramètres locaux
- drakfirewall :
- diskdrake ou drakdisk : gestionnaire des partitions et des disques
- drakconnect
- usermount : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab


Revision [892]

Edited on 2006-10-11 23:08:03 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
relecture nécessaires par des confirmés


Revision [889]

Edited on 2006-10-11 22:49:54 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
- drakbackup : outil de gestion des sauvegardes
- KCron : gestionnaire des tâches planifiées
Deletions:
- drakbackup


Revision [886]

Edited on 2006-10-11 22:31:44 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
====Rendre votre Mandriva prête pour le multimédia====
- userdrake ou drakuser :
Deletions:
====Deuxième étape : rendre votre Mandriva prête pour le multimédia====
expliquer pourquoi, avec les licences et la version payante de Mdv par rapport à la free.
===La ligne de commande magique pour le multimedia===
- userdrake :


Revision [883]

Edited on 2006-10-11 22:05:41 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
- drakxservices : gestionnaire des services du démarrage
Deletions:
- drakxservices


Revision [875]

Edited on 2006-10-11 15:02:42 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
- drakkeyboard : gérer son clavier
- localedrake ou draklocale : gestionnaire de paramètres locaux
Deletions:
- localedrake : gestionnaire


Revision [873]

Edited on 2006-10-11 07:25:06 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
- diskdrake ou drakdisk : gestionnaire des partitions et des disques
- drakconsole : ouvre une console
- Kfloppy : outil de formatage des disquettes
- usermount : outil de controle graphique des montages prédéfinis du fstab
===Lancer un root graphique===
Il peut être utile de gérer et administrer votre ordinateur en mode graphique, avec les droits du super-utilisateur.
Rien de plus simple. Pour cela, lancez une console, passez en mode super-utilisateur (root) en entrant "su" puis le mot de passe. Ensuite tapez Konqueror. Cela lancera le gestionnaire de fichiers Konqueror.
Deletions:
- diskdrake
- drakconsole


Revision [872]

Edited on 2006-10-11 07:17:40 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
=====Petit tutoriel du débutant sous Mandriva=====
Fredxx : revu 10/10 --> différentes corrections et ajouts + nouveaux articles
corrections à refaire
Vous venez d'installer avec succès votre distribution Mandriva ? Bravo. Maintenant, nous allons aborder quelques élements qui sont utiles à savoir, pour vous faciliter la tâche sous Mandriva. Les voici :
====La configuration des sources====
===Liste des logiciels développés par Mandriva===
Il s'agit ici d'afficher via une console, les outils graphiques que vous ne voulez pas nécessairement chercher dans les menus. Ces logiciels vous permettent d'accéder rapidement à des paramètres de configuration. Pour les lancer, il vous suffit d'ouvrir une console en root et d'entrer le nom du logiciel:
- Mandi : le pare feu interactif
- MandrivaOnline : pour faire les mises à jour automatiquement
- DrakFirstTime : outil lancé automatiquement lors de la première connexion après l'installation. Accessible en ligne de commande: drakclub (sous root)
- mcc: Centre de Controle Mandriva en mode console. Dans le cas où votre interface graphique ne se lance pas, essayer la commande mcc sous root.
- urpmi : pour installer/supprimer des logiciels, ajouter/retirer des sources
- drakboot : gestionnaire de démarrage
- harddrake : gestionnaire
- drakconf :
- menudrake : gestionnaire des menus
- userdrake :
- localedrake : gestionnaire
- drakfirewall :
- draksec : le gestionnaire de sécurité.
- drakperm
- diskdrake
- drakconnect
- rfbdrake
- drakwizard
- drakxservices
- drakfont
- drakbackup
- drakedm
- logdrake
- drakconsole
merci de m'aider en complétant et en reprenant la doc de beuse
http://beuselinck.com/spip/article.php3?id_article=25
Deletions:
=====Petit tutoriel du jeune Mandrivien.=====
Fredxx : revu 10/10
corrections et observations mineures par lorencom
Vous venez d'installer avec succès votre distribution Mandriva ? Bravo. Maintenant, nous allons aborder les élements qui sont utiles à savoir, pour vous faciliter la tâche sous Mandriva. Les voici :
====Première étape : la configuration des sources====
===La configuration des sources===


Revision [871]

Edited on 2006-10-10 23:53:50 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
%%fixmbr <nom du périphérique>%%
Deletions:
%%fixmbr <nom du périphérique>


Revision [870]

Edited on 2006-10-10 23:49:37 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépenant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007, mais vous pouvez facilement choisir Grub lors de l'Installation pendant la phase Résumé. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitations qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà Windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur windows ou Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consite à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Si vous voulez choisir Grub lors de l'utilisation de la Mandriva, allez dans son Centre de Contrôle ("Configurez votre ordinateur") > Démarrage > "Configurer le comportement au démarrage" > et choisissez Grub (graphique ou pas) à la place de Lilo dans le premier Champ de la fenêtre de Configuration, puis continuez jusqu'à la fin de la configuration sans rien changer et vousaurez Grub au prochain démarrage de votre machine avec les mêmes options. Vous pouvez revenir à Lilo de la même manière. Lisez pourquoi préférer l'un plutôt que l'autre avant d'en choisir un, mais sachez que quand l'usage de Grub est possible, il est plus facile à modifier et plus d'un emploi plus souple que Lilo. En particulier, Grub peut être modifié facilement sans être dans le Linux sur lequel il a été installé, ce qui en fait le Boot Manager principal de choix quand on a plusieurs partitions Linux.
Très puissant, GRUB peut démarrer à peu près tout : Linux, Windows, BSD... et sait charger les noyaux Linux, Hurd et BSD. il reconnait par ailleurs un grand nombre de systèmes de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, FAT32, JFS et XFS). De fait, il est très souple. Pour les sytèmes non supportés nativement (DOS/Windows), il suffir d'utiliser l'instruction dite de "chainloading", de démarrage en chaine. Ainsi, quand vous choisissez d'avoir une entrée pour Windows dans votre chargeur de démarrage, Grub utilise la fonction chainloader.
Deletions:
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépenant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitations qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur windows ou Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consite à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
Très puissant, il peut démarrer à peu près tout : Linux, Windows, BSD... et sait charger les noyaux Linux, Hurd et BSD.
il reconnait par ailleurs un grand nombre de systèmes de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, FAT32, JFS et XFS). De fait, il est très souple.
Pour les sytèmes non supportés nativement (DOS/Windows), il suffir d'utiliser l'instruction dite de "chainloading", de démarrage en chaine.
Ainsi, quand vous choisissez d'avoir une entrée pour Windows dans votre chargeur de démarrage, Grub utilise la fonction chainloader.


Revision [869]

Edited on 2006-10-10 23:44:10 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
**GRUB (GRand Unified Bootloader)**
Deletions:
**GRUB (GRand Unified Bootloader)


Revision [868]

Edited on 2006-10-10 23:43:48 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Fredxx : revu 10/10
corrections et observations mineures par lorencom
Deletions:
**Fredxx : revu 10/10
**corrections et observations mineures par lorencom**


Revision [867]

Edited on 2006-10-10 23:42:47 by FredxX [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
**Fredxx : revu 10/10
===Les chargeurs de démarrage Lilo et Grub===
**LILO (LInux LOader)**
Lilo est un chargeur de démarrage, comme Grub, totalement indépenant de la distribution Mandriva Linux. Il est proposé comme chargeur de démarrage par défaut dans la 2006 et la 2007. Ce petit programme se présente soit sous forme d'un menu graphique, soit d'un menu texte et vous permet de lancer les systèmes d'exploitations qui sont présents sur votre ordinateur. Si vous aviez déjà windows installé sur votre ordinateur et qu'ensuite, vous avez installé Mandriva Linux, vous aurez le choix au démarrage entre démarrer sur windows ou Mandriva. Il se loge dans le premier secteur du premier disque dur de démarrage, le MBR (ou Master Boot Record) ou éventuellement dans le PBR (Partition Boot Record). Dès lors, si vous installez une Mandriva après un Windows, Mandriva va modifier le MBR qui initialement était pris par Windows pour y installer Lilo, qui se chargera du démarrage. Si vous débutez sous Mandriva, il se peut que vous ayez des hésitations, et que vous souhaitiez que votre ordinateur démarre comme avant. C'est une des questions que posent souvent les utilisateurs de Windows. Dans ce cas, l'une des solutions consite à installer Lilo sur une disquette (si vous avez encore un lecteur !) de sorte que le MBR est conservé tel quel, sans que rien ne change. Dès lors, dès que vous insèrerez votre disquette dans le lecteur au démarrage, Lilo prendra la main en vous proposant de démarrer sur le système de votre choix et si vous ôtez la disquette, windows démarera comme s'il était seul ! Cas extrème : si par impossible vous estimeriez que Mandriva ne vous ait pas apporté satisfaction et que vous souhaitiez la désinstaller, cette option d'installer Lilo sur une disquette est très avantageuse. En effet, si vous avez laissé Lilo s'installer par défaut sur le MBR, vouloir désinstaller Mandriva Linux ne désinstallera pas Lilo car Lilo n'appartient pas à Mandriva. Il faudra désinstaller aussi Lilo du MBR pour remettre ce dernier dans son état initial. Pour cela, deux possibilités :
- sous linux :
%%[root]# lilo -u%%
- sous DOS/Windows 9x avec la disquette de boot :
%%A:\>fdisk /mbr%%
- sous Windows XP, sous la console de récupération avec la commande :
%%fixmbr <nom du périphérique>
Si vous souhaitez regarder Lilo de plus près, sachez que les informations de configuration sont dans le fichier /etc/lilo.conf.
Vous trouverez aussiune documentation complète sur Lilo et son fonctionnement dans le répertoire /usr/share/doc/lilo-doc-<version>
**GRUB (GRand Unified Bootloader)
Très puissant, il peut démarrer à peu près tout : Linux, Windows, BSD... et sait charger les noyaux Linux, Hurd et BSD.
il reconnait par ailleurs un grand nombre de systèmes de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, FAT32, JFS et XFS). De fait, il est très souple.
Pour les sytèmes non supportés nativement (DOS/Windows), il suffir d'utiliser l'instruction dite de "chainloading", de démarrage en chaine.
Ainsi, quand vous choisissez d'avoir une entrée pour Windows dans votre chargeur de démarrage, Grub utilise la fonction chainloader.
Cette fonction peut être utilisée pour démarrer dans un autre Mandriva Linux, ou un autre Linux ou au autre OS, tant qu'ils ont leur propre chargeur de démarrage installé sur leur partition racine plutôt que sur le MBR (dans la Mandriva, cette option est possible lors de l'installation, dans la phase Résumé).
Il vous suffit pour cela d'avoir une entrée dans votre boot/grub/menu.lst :
* title maCooker
* root (hd0,3)
* chainloader +1
Dans l'exemple, je vais installer une Mandriva Linux et j'ai donc créé pour elle une entrée que appelée maCooker et qui pointe vers la partition hda4 (Grub fonctionne ainsi: 0 pour a, 1 pour b, etc. puis il compte les partitions à partir de 0 donc la quatrième est: 0 1 2) 3 . On obtient donc au final : (hd0,3).
Ceci veut dire que vous pouvez installer plusieurs Mandriva Linux avec leurs propres Chargeurs de Démarrages (Lilo ou Grub) et avoir pour chacune facilement, une entrée dans le chargeur de démarrage principal. Si ces entrées sont déjà prêtes, une par partition, quand vous installez, réinstallez ou effacez un Linux sur ces partitions, elles seront immédiatement disponibles au redémarrage, tant que vous installez leur chargeur de démarrage à chacune sur leur partition racine plutôt que sur le MBR.
===Liste des paquetages utiles===
Deletions:
**Fredxx le 30/8 Rédaction EN COURS.**
**FOND A CORRIGER PAR UN CONFIRME**


Revision [862]

Edited on 2006-09-30 20:06:11 by LeBarhon [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Traduction proposée par Lebarhon, merci de me prévenir de toute modification de l'original (quelques mots ici suffisent)
Deletions:
Traduction en anglais en cours par Lebarhon


Revision [855]

Edited on 2006-09-29 17:12:02 by LeBarhon [corrections orthographiques mineures+deux lignes sur /opt]
Additions:
Traduction en anglais en cours par Lebarhon


Revision [853]

Edited on 2006-09-28 15:40:58 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
===Où se trouvent les bibliotèques (library an anglais)?===
La plupart des programmes possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une bibliothèque. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une bibliothèque. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les bibliothèques appelées par le programme. Ainsi, une même bibliothèque peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une bibliothèque. L'inconvénient est que si une bibliothèque est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les bibliothèques se trouvent en général dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Deletions:
===Où se trouvent les bibliotèques (ou librairies)?===
La plupart des programmes possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.


Revision [852]

Edited on 2006-09-28 11:59:32 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
La plupart des programmes possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Deletions:
La pluspart des programmes, possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.


Revision [851]

Edited on 2006-09-27 19:00:34 by LeBarhon [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
La pluspart des programmes, possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisée par plusieurs programmes (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibilité de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciels si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimée par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plus fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst). Il est utile que ce répertoire soit sur une partition à part (une petite partition de 50Mo est très largement suffisante) si vous souhaitez par la suite installer plusieurs distributions Linux en même temps.
Deletions:
La pluspart des programmes, possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisé par plusieurs programme (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibiltié de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciel si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimé par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plsu fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst). Il est utile que se répertoire soit sur une partition à part (une petite partition de 50Mo est très largement suffisant) si vous souhaitez par la suite installer plusieurs distributions Linux en même temps.


Revision [850]

Edited on 2006-09-27 14:32:44 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Vous venez d'installer avec succès votre distribution Mandriva ? Bravo. Maintenant, nous allons aborder les élements qui sont utiles à savoir, pour vous faciliter la tâche sous Mandriva. Les voici :
Deletions:
Vous venez d'installer avec succès votre distribution Mandriva ? Bravo.


Revision [849]

Edited on 2006-09-27 14:29:32 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
orthographe à revoir
Chaque application vient avec son lot de fichiers de données. Par exemple, un logiciel comme gcompris (logiciel éducatif) contient des images, des sons, et des fichiers textes qui lui sont propres et dont gcompris à besoin pour son bon fonctionnement. Ces fichiers de données sont placés dans /usr/share/[nom de l'application]. On peut aussi les trouver dans /usr/local/share ou /opt/share si l'application est installée dans /usr/local/bin ou /opt/bin. Ainsi, les fonds d'écrans installés par le rpm wallpapers sont placés dans /usr/share/wallpapers.
Les fichiers de configurations diffèrent des fichiers de données par le fait qu'ils peuvent être modifiés par les utilisateurs. De manière générale, les fichiers de configuration sont placés dans /etc pour les applications systèmes ou serveur et dans le répertoire utilisateur pour les applications classiques. Ainsi les fichiers de configuration d'un serveur apache (application serveur) se trouvent dans /etc/httpd/ et les fichiers de configurations de KDE se trouvent dans ~/.kde où ~ représente le dossier personnel.
Deletions:
Chaque application vient avec son lot de fichiers de données. Par exemple, un logiciel comme gcompris (logiciel éducatif) contient des images, des sons, et des fichiers textes qui lui sont propre et dont gcompris à besoin pour son bon fonctionnement. Ces ficheirs de données sont placé dans /usr/share/[nom de l'application]. On peut aussi les trouver dans /usr/local/share ou /opt/share si l'application est installée dans /usr/local/bin ou /opt/bin. Ainsi, les fonds d'écrans installé par le rpm wallpapers sont placés dans /usr/share/wallpapers.
Les fichiers de configurations diffèrent des fichiers de donnés par le fait qu'ils peuvent être modifiés par les utilisateurs. De manière général, les fichiers de configuration sont placés dans /etc pour les applications systèmes ou serveur et dans le répertoire utilisateur pour les applications classiques. Ainsi les fichiers de configuration d'un serveur apache (application serveur) se trouvent dans /etc/httpd/ et les fichier s de configurations de KDE se trouvent dans ~/.kde où ~ représente le dossier personnel.


Revision [848]

Edited on 2006-09-27 14:25:53 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
article repris par Matthieu Duchemin
et bien on supprime ! ;) (fredxx)
Deletions:
Fredxx 3/9 --> article en cours de rédaction
repris par Matthieu Duchemin
Vous arrivez tout frais, de chez cet américain que vous ne cessez de pirater pour pouvoir utiliser votre ordinateur, mais vous ne comprenez pas bien l'arborescence de Mandriva ? Les questions qui vous préoccupent sont "où est l'équivalent du fichier "program files" ou "application data", dans lesquels vous cherchiez respectivement vos exécutables et les paramètres de vos applications préférées ? Cet article vous aidera dans vos premiers pas sous Mandriva Linux, pour vous aider à retrouver vos petits. Suivez les guides !
===Le répertoire /lib===
**Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin**, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
===Le répertoire /etc (editing text config)===
La traduction donne aussi tout son sens. Se trouvent dans ce répertoire les fichiers de configuration du système, comme les scripts de démarrage. Ce sont donc des fichiers texte qui sont modifiables avec un éditeur de texte comme Kwrite.
Vous trouverez notamment dans ce répertoire :
- le répertoire /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- le répertoire "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine ;
- le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances) ;
- le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;
- le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab ;
- le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc ;
- le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau ;
- le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
===Le répertoire "/home"===
Il s'agit du répertoire dans lequel vous allez stocker toutes vos données personnels, vos docuements. Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition différente et étanche du système, et non un simple répertoire installé dans le système, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles (plus les comptes de messagerie et autres données de configuration des programmes) en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird, par exemple) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird"). Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à ce qui se passe sous Mandriva, se trouve nativement __inséré dans la partition système__, c'est-à-dire le disque c:, ce qui a le désagréable inconvénient de vous faire perdre toutes vos données si vous n'avez pas fait une copie de sauvagarde de vos documents, en cas de crash de Windows).


Revision [847]

Edited on 2006-09-27 13:44:07 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst). Il est utile que se répertoire soit sur une partition à part (une petite partition de 50Mo est très largement suffisant) si vous souhaitez par la suite installer plusieurs distributions Linux en même temps.
Sous Linux, tous les périphériques sont représentés par un fichier et sont placé dans le répertoire /dev. Une souris pourra être représenté par /dev/mouse, une carte son /dev/snd...
Deletions:
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)


Revision [846]

Edited on 2006-09-27 13:39:07 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
** TOUT CE QUI CE TROUVE EN DESSOUS EST OBSOLETE**


Revision [845]

Edited on 2006-09-27 13:29:30 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
===Où se trouvent les fichiers de données ?===
Chaque application vient avec son lot de fichiers de données. Par exemple, un logiciel comme gcompris (logiciel éducatif) contient des images, des sons, et des fichiers textes qui lui sont propre et dont gcompris à besoin pour son bon fonctionnement. Ces ficheirs de données sont placé dans /usr/share/[nom de l'application]. On peut aussi les trouver dans /usr/local/share ou /opt/share si l'application est installée dans /usr/local/bin ou /opt/bin. Ainsi, les fonds d'écrans installé par le rpm wallpapers sont placés dans /usr/share/wallpapers.
=== Où se trouvent les fichiers de configuration?===
Les fichiers de configurations diffèrent des fichiers de donnés par le fait qu'ils peuvent être modifiés par les utilisateurs. De manière général, les fichiers de configuration sont placés dans /etc pour les applications systèmes ou serveur et dans le répertoire utilisateur pour les applications classiques. Ainsi les fichiers de configuration d'un serveur apache (application serveur) se trouvent dans /etc/httpd/ et les fichier s de configurations de KDE se trouvent dans ~/.kde où ~ représente le dossier personnel.
===Où se trouvent les bibliotèques (ou librairies)?===
La pluspart des programmes, possèdent des fonctionnalités identiques, comme par exemple ouvrir un fichier. Celà veut dire que la majorité des programmes capables d'ouvrir un fichier ont une partie qui est commune : la partie permettant d'ouvrir un fichier. Pour éviter cette redondance, on fait souvent appel à une librairie. Au lieu qu'un éxécutable ne contienne toutes les fonctionnalités de l'application, on va découper le programme et mettre ce qui peut être commun (ou réutilisé) dans une librairie. Au lancement de l'éxécutable, on fera donc appel aux fonctionnalités présentes dans les librairies appelées par le programme. Ainsi, une même librairie peut être utilisé par plusieurs programme (c'est le but recherché). Les avantages sont un gain de place, et la possibiltié de corriger un bug présent dans un ensemble de logiciel si ce bug appartient à une librairie. L'inconvénient est que si une librairie est supprimé par mégarde, l'ensemble des logiciels qui y faisaient appel ne pourront plsu fonctionner. Les librairies se trouvent dans /lib, /usr/lib, /usr/local/lib, /opt/lib.
Deletions:
===Le répertoire racine, noté "/"===
**Le répertoire racine contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur**. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
===Les répertoires /bin et /sbin===
**Le répertoire /bin contient les exécutables du système**, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
Le répertoire /bin contient également toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.
**Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables** (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : elles sont compiliées de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.


Revision [844]

Edited on 2006-09-27 10:06:40 by LorenCom [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
**corrections et observations mineures par lorencom**
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette méthode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne trouve plus japackage sur easyurpmi. [lorencom] On le trouve sur le club Mandriva.
Deletions:
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette méthode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne trouve plus japackage sur easyurpmi.


Revision [843]

Edited on 2006-09-27 10:02:34 by LorenCom [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette méthode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne trouve plus japackage sur easyurpmi.
Deletions:
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette méthode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne toruve plus japackage sur easyurpmi.


Revision [760]

Edited on 2006-09-12 16:47:58 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
On entend par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application peut être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl ou encore une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir couramment d'autres) ? Pour une question de sécrutié et d'organisation. Ainsi on trouvera essentiellement dans le répertoire /bin, des applications en ligne utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quant à lui, regroupe les applications de base en ligne de commande permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer, supprimer ou formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).
Deletions:
On entend par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application peut être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl ou encore une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir couramment d'autres) ? Pour une question de sécrutié et d'organisation. Ainsi dans /bin on trouvera essentiellement des applications en ligne de commande utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quant à lui, regroupe les applications de base en ligne de commande permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer, supprimer ou formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).


Revision [759]

Edited on 2006-09-12 16:44:55 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
repris par Matthieu Duchemin
Lorsque l'on fait ses débuts dans le monde de Linux, il est parfois difficile de se retrouver dans cette arborescence. Nous allons donc vous aider à vous y retrouver parmis ces inombrables répertoires.
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux, est centralisée. Mais qu'entend t-on par centralisée ? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous-répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être montée sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
===Où se trouvent les applications ?===
On entend par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application peut être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl ou encore une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir couramment d'autres) ? Pour une question de sécrutié et d'organisation. Ainsi dans /bin on trouvera essentiellement des applications en ligne de commande utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quant à lui, regroupe les applications de base en ligne de commande permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer, supprimer ou formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).
Deletions:
Lorsque l'on fait ses débuts dans le monde de Linux, il est parfois difficile de se retrouver dans cette arborescence. Nous allons donc vous aider à vous y retrouver parmis les inombrables répertoire.
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux est centralisée. Mais qu'entends t-on par centralisé? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être monté sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
===Où se trouve les applications===
On entends par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application pourra être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl et aussi une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir corrament d'autres)? Pour une question de sécrutié, et d'organisation, les applications sont placées dans des répertoires différents. Ainsi dans /bin on trouvera essentiellement des applications en ligne de commande utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quand à lui regroupe les applications de base en ligne permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer/supprimer/formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).


Revision [758]

Edited on 2006-09-12 13:53:59 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Lorsque l'on fait ses débuts dans le monde de Linux, il est parfois difficile de se retrouver dans cette arborescence. Nous allons donc vous aider à vous y retrouver parmis les inombrables répertoire.
La première chose à dire, c'est que l'arborescence d'un système UNIX comme Linux est centralisée. Mais qu'entends t-on par centralisé? Contrairement à un système Windows, où les partitions correspondent à des lettres de lecteurs, et où chaque lecteur possède ses répertoires, sous Linux, tout répertoire ou sous répertoire est contenu dans la racine (root en anglais) de l'arborescence. Cette racine est notée "/". Donc le premier slash des répertoires "/usr/local/bin", "/home/user", "/root", "/dev", "/usr/share/doc/"... correspond à l'idée que ces répertoires sont attachés à la racine "/". Pour ce qui est des partitions et des disques amovibles, ils sont montés (mount en anglais) dans un répertoire qui est rattaché à la racine de l'arborescence. Par exemple, une partition pourra être monté sur le répertoire /usr. Ainsi, tout le contenu du répertoire /usr correspondra au contenu de la partition. Ce répertoire peut aussi contenir un répertoire dans lequel une autre partition est montée. On peut donc avoir une partition monté sur /usr et une autre sur /usr/local. De même, les périphériques amovibles sont montés dans des répertoires (classiquement /mnt/cdrom pour un lecteur de CD-ROM).
===Où se trouve les applications===
On entends par application, tout fichier pouvant être exécuté. Ainsi, une application pourra être un simple programme en ligne de commande comme grep, un script perl et aussi une application graphique comme Firefox. Typiquement, les applications se trouvent dans les répertoires /bin, /sbin, /usr/bin, /usr/sbin. Pourquoi autant de répertoires différents (sachant que l'on peut en avoir corrament d'autres)? Pour une question de sécrutié, et d'organisation, les applications sont placées dans des répertoires différents. Ainsi dans /bin on trouvera essentiellement des applications en ligne de commande utiles pour l'execution des scripts shell comme les scripts de démarrage (scripts qui gèrent le lancement des différents éléments de votre ordinateur lorsque vous démarrez votre Linux), ou encore pour la maintenance d'un système. /sbin quand à lui regroupe les applications de base en ligne permettant de configurer le système, comme la commande mount pour monter une partition, fdisk pour créer/supprimer/formatter une partition, ifconfig qui permet de configurer le réseau. En général, seul l'utilisateur root peut exécuter les applications dans /sbin ("s" comme "super" faisant référence au "super utilisateur" : root).


Revision [749]

Edited on 2006-09-11 17:58:20 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Comme on vient de le voir, il existe de nombreuses sources dont on vient dénumérer les plus importantes. Il faut savoir aussi que ces sources existent toutes dans plusieurs versions différentes. Par exemple, il existe une version de la source main pour chaque version de MandrivaLinux, et ce pour chacune des architectures supportées (ce qui est logique dans la mesure où la source main est la base même de la distribution). C'est aussi le cas pour les autres sources (il se peut cependant, que certaines sources n'existent pas pour certaines architectures). En résumé, pour main, on aura une version pour MandrivaLinux 2006 pour x86, une autre pour MandrivaLinux 2006 pour x86-64, encore une autre pour Mandriva 2007 pour x86... Nous devons donc prendre ceci en considération lorsque nous configurons nos sources.
Deletions:
Comme on vient de le voir, il existe de nombreuses sources dont on vient dénumérer les plus importantes. Il faut savoir aussi que ces sources existent toutes dans plusieurs versions différentes. Par exemple, il existe une version de la source main pour chaque version de MandrivaLinux, et ce pour chacune des architectures supportées (ce qui est logique vu que la la source main est la base même de la distribution). C'est aussi le cas pour les autres sources (il se peut cependant que certaines sources n'existent pas pour certaines architectures). En résumé, pour main, on aura une version pour MandrivaLinux 2006 pour x86, une autre pour MandrivaLinux 2006 pour x86-64, encore une autre pour Mandriva 2007 pour x86... Nous devons donc prendre ceci en considération lorsque nous configuront nos sources.


Revision [748]

Edited on 2006-09-11 17:56:08 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installés sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, puisque certaines sources disponibles via internet sont mises à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD, par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le système d'exploitation ira chercher le logiciel (dit : paquetage) que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis un endroit sûr et installe tout cela, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique non ?
Fredxx 3/9 --> article en cours de rédaction
Deletions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installé sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, certaines sources disponibles via internet étant mise à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de petits logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le système d'exploitation ira chercher le logiciel (dit : paquetage), que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis un endroit sûr et installe tout cela, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique non ?
a-t-on une doc vidéo de dispo Rémi ?
Fredxx 3/9 --> article en cours


Revision [699]

Edited on 2006-09-09 17:54:25 by MatthieuDuchemin [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Une source (ou dépôt), est un répertoire où sont stockés des logiciels, sous forme de paquets (les fichiers rpm), destinés à être installé sur MandrivaLinux. Ces sources peuvent être accessibles depuis un disque dur local, un CD/DVD-ROM ou encore depuis un site internet. C'est cette dernière possiblité qui est la plus intéressante, certaines sources disponibles via internet étant mise à jour régulièrement (ce qui n'est pas le cas d'un DVD par exemple). C'est grâce à ces dépôts que vous pourrez compléter votre système avec des centaines de petits logiciels qui vous plaisent, et installer les mises à jour de sécurité.
===Quelles sources dois-je configurer ?===
Voici la liste des sources les plus utilisées.
**main** : la source main contient les éléments essentiels au bon fonctionnement de votre système ainsi qu'un ensemble de logiciels les plus courammants utilisés.
**contrib** : source contenant les applications secondaires ne faisant pas parti de la source main. le répertoire pèse plus de 6Go et est de loin le plus important disponible pour Mandriva
**update** : contient l'ensemble des mises à jour pour les versions officiels de MandrivaLinux
**plf-free** : tout comme plf-nonfree, plf-free est maintenu par un ensemble de bénévoles regroupés au sein du PLF (Penguin Liberation Front). plf-free contient les applications libres que Mandriva ne distribue pas comme les logiciels de peer-to-peer, les logiciels sous licence libre mais dont une partie du code soumit à un brevet... (voir les mdv policy pour plus de détails).
**plf-nonfree** : contient les applications dont les licences sont soit floues soit non libre. On y trouvera donc des applications propriétaires comme googleearth, des codecs vidéos ou audio, des drivers (ex : cartes ATI et Nvidia), et des firmware (wifi pour intel centrino, certains modem...).
**club.commercial_x86-32** : (version Mandriva 32 bits) source contenant les applications que Mandriva a choisi de réserver en priorité aux membres de son club. Il contient des applications propriétaires et des drivers.
**Jpackage** : source contenant les applications spécifiques pour java, ainsi que des alternatives libres à java. (On pourrait le nommer serveur contrib-java).
===La configuration des sources===
Comme on vient de le voir, il existe de nombreuses sources dont on vient dénumérer les plus importantes. Il faut savoir aussi que ces sources existent toutes dans plusieurs versions différentes. Par exemple, il existe une version de la source main pour chaque version de MandrivaLinux, et ce pour chacune des architectures supportées (ce qui est logique vu que la la source main est la base même de la distribution). C'est aussi le cas pour les autres sources (il se peut cependant que certaines sources n'existent pas pour certaines architectures). En résumé, pour main, on aura une version pour MandrivaLinux 2006 pour x86, une autre pour MandrivaLinux 2006 pour x86-64, encore une autre pour Mandriva 2007 pour x86... Nous devons donc prendre ceci en considération lorsque nous configuront nos sources.
Deletions:
Une source (ou dépôt), c'est une adresse Internet où sont stockés tous les petits logiciels (paquetages) dont vous avez besoin pour faire la mise à jour de la Mandriva et la compléter avec des centaines de petits logiciels qui vous plaisent.
Sous Windows, ou sous Mac, vous aviez l'habitude d'aller télécharger sur Internet vos logiciels ou encore de les acheter. Tout cela est fini avec Mandriva ! Mettez vos vieilles habitudes du Moyen Age au placard !
===Quelles sources dois-je installer ?===
**main** : ce sont les CD/DVD d'installation. Rien à configurer, vous les avez. C’est aussi le serveur contenant les applis principales du système et englobant toutes applications complémentaires prises en charge par Mandriva. Le serveur main de 2006/officiel est immuable (sauf rares exceptions) et fonctionne avec un système d'update classique et avec la même sûreté de fonctionnement que 'officielle' pour le système.
**contrib** : Serveur contenant les applis secondaires. C’est le serveur le plus fourni.
**update** : Essentiel. MAJ du système.
**plf-free** : dépôt plf (pinguin liberation front) dépôt contenant les applications libres que Mandriva ne distribue pas (cf : mdv policy, les logiciels de p2p par exemple).
**plf-nonfree** : serveur des applis dont les licences sont soit floues soit freewares (ex : codecs)
**club.commercial_x86-32** : (version Mandriva 32 bits) serveur contenant les applis que Mandriva a choisies de réserver en priorité aux clubbeurs. Il contient les applications propriétaires et les drivers.
**Jpackage** : serveur contenant les applications spécifiques pour java, ainsi que des alternatives libres à java. (On pourrait le nommer serveur contrib-java).


Revision [698]

Edited on 2006-09-09 15:14:08 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]

No Differences

Revision [697]

Edited on 2006-09-09 15:13:35 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Fredxx 3/9 --> article en cours
===Le répertoire racine, noté "/"===
**Le répertoire racine contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur**. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
===Les répertoires /bin et /sbin===
**Le répertoire /bin contient les exécutables du système**, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
Le répertoire /bin contient également toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.
**Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables** (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : elles sont compiliées de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.
===Le répertoire /lib===
**Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin**, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
===Le répertoire /boot===
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)
===Le répertoire /etc (editing text config)===
La traduction donne aussi tout son sens. Se trouvent dans ce répertoire les fichiers de configuration du système, comme les scripts de démarrage. Ce sont donc des fichiers texte qui sont modifiables avec un éditeur de texte comme Kwrite.
Vous trouverez notamment dans ce répertoire :
- le répertoire /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- le répertoire "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine ;
- le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances) ;
- le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;
- le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab ;
- le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc ;
- le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau ;
- le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
===Le répertoire "/home"===
Il s'agit du répertoire dans lequel vous allez stocker toutes vos données personnels, vos docuements. Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition différente et étanche du système, et non un simple répertoire installé dans le système, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles (plus les comptes de messagerie et autres données de configuration des programmes) en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird, par exemple) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird"). Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à ce qui se passe sous Mandriva, se trouve nativement __inséré dans la partition système__, c'est-à-dire le disque c:, ce qui a le désagréable inconvénient de vous faire perdre toutes vos données si vous n'avez pas fait une copie de sauvagarde de vos documents, en cas de crash de Windows).
===Le répertoire /dev===
Deletions:
Fredxx 3/9 --> article en cours de rédaction dans mon blog, importation prévue.
Mathieu Duchemin me signale des erreurs dans ce texte, je l'ai retiré pour le vérifier, réintégrable sur demande


Revision [692]

Edited on 2006-09-08 19:48:25 by PtyXxx [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le système d'exploitation ira chercher le logiciel (dit : paquetage), que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis un endroit sûr et installe tout cela, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique non ?
Cette commande permet de configurer Mandriva pour la rendre immédiatement prête pour le multimédia : lire des DVD commerciaux, lire les fichiers audio et vidéo Windows, etc. (commande à compléter) : dans une console, en super-utilisateur, entrez la ligne suivante et validez.
Deletions:
Avec Mandriva, vous configurez les sources (les adresses) où le sytème d'exploitation ira chercher le logiciel (dit : paquetage), que vous souhaitez installer, et il vous suffira de cocher une case pour le sélectionner et de cliquer sur installer ! Simple, non ? Mandriva télécharge depuis l'endroit sur et installe tout ça, sans que vous ayez besoin de mettre les mains dans le cambouis. Pratique non ?
Cette commande permet de configurer Mandriva pour la rendre immédiatement prête pour le multimedia : lire des DVD commeciaux, lire les fichiers audio et video windows, etc. (commande à compléter) : dans une console, en super-utilisateur, entrez la ligne suivante et validez.


Revision [686]

Edited on 2006-09-08 17:27:19 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Mathieu Duchemin me signale des erreurs dans ce texte, je l'ai retiré pour le vérifier, réintégrable sur demande
Deletions:
===Le répertoire racine, noté "/"===
**Le répertoire racine contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur**. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
===Les répertoires /bin et /sbin===
**Le répertoire /bin contient les exécutables du système**, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
Le répertoire /bin contient également toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.
**Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables** (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : elles sont compiliées de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.
===Le répertoire /lib===
**Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin**, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
===Le répertoire /boot===
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)
Le répertoire /etc (editing text config)
La traduction donne aussi tout son sens. Se trouvent dans ce répertoire les fichiers de configuration du système, comme les scripts de démarrage. Ce sont donc des fichiers texte qui sont modifiables avec un éditeur de texte comme Kwrite.
Vous trouverez notamment dans ce répertoire :
- le répertoire /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- le répertoire "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine ;
- le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances) ;
- le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;
- le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab ;
- le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc ;
- le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau ;
- le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
===Le répertoire "/home"===
Il s'agit du répertoire dans lequel vous allez stocker toutes vos données personnels, vos docuements. Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition différente et étanche du système, et non un simple répertoire installé dans le système, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles (plus les comptes de messagerie et autres données de configuration des programmes) en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird, par exemple) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird"). Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à ce qui se passe sous Mandriva, se trouve nativement __inséré dans la partition système__, c'est-à-dire le disque c:, ce qui a le désagréable inconvénient de vous faire perdre toutes vos données si vous n'avez pas fait une copie de sauvagarde de vos documents, en cas de crash de Windows).
===Le répertoire ===


Revision [669]

Edited on 2006-09-05 21:37:45 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
- le répertoire /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- le répertoire "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;
Deletions:
- les répertoires /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- les répertoires "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- le répertoire /etc contient aussi le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;


Revision [668]

Edited on 2006-09-05 21:35:56 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
- kdeaddons : pour configurer notamment votre clic droit de souris dans KDE
Deletions:
- KDE-Addons : pour configurer notamment votre clic droit de souris dans KDE


Revision [657]

Edited on 2006-09-05 18:38:11 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
===Le répertoire ===
Deletions:
===Le répertoire "/lib"===


Revision [656]

Edited on 2006-09-05 18:34:21 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
**Le répertoire racine contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur**. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
**Le répertoire /bin contient les exécutables du système**, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
**Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables** (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : elles sont compiliées de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.
**Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin**, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
Comme son nom l'indique, il **contient les fichiers de démarrage du système**, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)
Il s'agit du répertoire dans lequel vous allez stocker toutes vos données personnels, vos docuements. Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition différente et étanche du système, et non un simple répertoire installé dans le système, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles (plus les comptes de messagerie et autres données de configuration des programmes) en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird, par exemple) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird"). Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à ce qui se passe sous Mandriva, se trouve nativement __inséré dans la partition système__, c'est-à-dire le disque c:, ce qui a le désagréable inconvénient de vous faire perdre toutes vos données si vous n'avez pas fait une copie de sauvagarde de vos documents, en cas de crash de Windows).
Retrouvez une documentation complète aux adresses suivantes :
Deletions:
C'est lui qui contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
Le répertoire /bin contient les exécutables du système, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : ils sont compiliés de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.
Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
Comme son nom l'indique, il contient les fichiers de démarrage du système, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)
Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird...) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird") Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à Mandriva, se trouve nativement inséré dans la partition système, c'est-à-dire le disque c:, ce qui fait perdre toutes vos données en cas de crash de Windows, ce qui arrive plus souvent...).
retrouvez une documentation plus fouillée aux adresses suivantes :


Revision [655]

Edited on 2006-09-05 18:24:42 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
- kStreamripper : pour enregistrer des flux audio internet.
- KDE-Addons : pour configurer notamment votre clic droit de souris dans KDE
-
Deletions:
- kStreamripper pour enregistrer des flux audio internet.


Revision [654]

Edited on 2006-09-05 18:11:24 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
retrouvez une documentation plus fouillée aux adresses suivantes :
http://ldsol.com/doc/fsstnd/index.htm (fr)
http://club.mandriva.com/xwiki/bin/KB/BasicsIndex#HLa2Bstructure2Bdu2Bsyst25C325A8me2Bde2Bfichiers (fr)
http://www.pathname.com/fhs/ (en)


Revision [653]

Edited on 2006-09-05 18:07:44 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantit la parfaite conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le sous-répertoire à votre nom : /home/jéjé, etc...
Deletions:
Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantir la conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le répertoire de votre nom : /home/jéjé, etc...


Revision [652]

Edited on 2006-09-05 18:06:07 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
- les répertoires /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X ;
- les répertoires "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie ;
- les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine ;
- le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances) ;
- le répertoire /etc contient aussi le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf) ;
- le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab ;
- le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc ;
- le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau ;
- le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
Sous Mandriva, le répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantir la conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le répertoire de votre nom : /home/jéjé, etc...
Deletions:
* les répertoires /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X.
* les répertoires "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie.
* les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine.
* le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances).
* le répertoire /etc contient aussi le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf).
* le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab.
* le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc.
* le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau.
* le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
Sous Mandriva, e répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantir la conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le répertoire de votre nom : /home/jéjé, etc...


Revision [651]

Edited on 2006-09-05 18:04:43 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Le répertoire /bin contient les exécutables du système, c'est-à-dire les binaires ; Cela correspond à ce que vous appeliez sous Windows, les *.exe (point éxé). Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels. Avantage non négligeable par rapport aux système de Redmond, lorsqu'un message vous demande avec quelle application vous souhaitez ouvrir tel ou tel document, vous vous rendrez compte en allant dans le répertoire /bin, que c'est le nom des applications qui y figure, et non pas une liste de fichiers, en priant pour que celui que vous sélectionnez soit le bon.
Le répertoire /bin contient également toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.
Deletions:
Le répertoire /bin contient les exécutables du système : c'est-à-dire les binaires , ce que vous appeliez sous windows les "point éxé". Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels.
Vous y trouverez aussi toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.


Revision [650]

Edited on 2006-09-05 17:58:13 by FredxX [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
====Première étape : la configuration des sources====
===Mais qu'est-ce qu'une source ?===
===Quelles sources dois-je installer ?===
====Deuxième étape : rendre votre Mandriva prête pour le multimédia====
===La ligne de commande magique pour le multimedia===
===Les indispensables===
===Les pratiques à avoir===
====Comprendre le système de fichiers de Mandriva Linux====
===Le répertoire racine, noté "/"===
C'est lui qui contient tous les fichiers de configuration de votre ordinateur. C'est là que vous avez installé votre Mandriva. Les sous-répertoires sont donc notés avec un slash devant, illustrant le fichier racine. Exemple : "/bin".
===Les répertoires /bin et /sbin===
Le répertoire /bin contient les exécutables du système : c'est-à-dire les binaires , ce que vous appeliez sous windows les "point éxé". Le dossier /bin est l'équivalent sous windows du fichier "program files", dans lequel vous trouviez tous vos logiciels.
Vous y trouverez aussi toutes les commandes de base du système, qui sont employées par les utilisateurs du système (ls, more, cat, cp, rm, chmod, grep, mkdir, mount, kill, tar, gnuzip...). Les utilitaires de ce répertoire sont compilés de façon dynamique, ce qui signifie que les bibliothèques contenant des phrases qu'ils utilisent doivent être installées sur le système. Enfin, sachez que les commandes contenues dans ce répertoire peuvent être employées par le simple utilisateur du système, c'est-à-dire, sans les droits root.
Le répertoire /sbin contient lui aussi des exécutables (reboot, modprobe...) mais ces commandes ne sont pas compilées de la même manière que dans /bin : ils sont compiliés de manière statique, d'où le S debant bin (static banry). Cela signifie qu'ils sont autonomes et qu'ils ne nécessitent aucune bibliothèque supplémentaire pour leur fonctionnement. Contrairement au répertoire /bin, les commandes contenues dans /sbin ne sont exécutables qu'avec les droits de super-utilisateur.
===Le répertoire /lib===
Il contient les bibliothèques nécessaires à l'exécution des binaires contenus dans /bin et /sbin, et utilisées lors du démarrage. On y trouve aussi les fichiers de code compilé des modules du noyau dans le sous-répertoire /lib/modules/version_noyau/.
===Le répertoire /boot===
Comme son nom l'indique, il contient les fichiers de démarrage du système, le fameux "noyau linux". On y trouve aussi les fichiers du chargeur de démarrage Grub (le fichier de config de Grub est : /boot/grub/menu.lst)
Le répertoire /etc (editing text config)
La traduction donne aussi tout son sens. Se trouvent dans ce répertoire les fichiers de configuration du système, comme les scripts de démarrage. Ce sont donc des fichiers texte qui sont modifiables avec un éditeur de texte comme Kwrite.
Vous trouverez notamment dans ce répertoire :
* les répertoires /etc/X11 qui contient les fichiers de configuration du serveur graphique X.
* les répertoires "/etc/rc*.d" qui contiennent les scripts de démarrage, mais bien d'autres répertoires qui relèvent d'une étude plus aprofondie.
* les fichiers de configuration du réseau : "/etc/hostname" qui recueille le nom de votre machine.
* le fichier "etc/hosts", qui définit la correspondance entre les adresses IP de votre machine et leur nom d'hôtes, avec les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny qui, respectivement permettent et interdisent l'accès du système à certaines machines selon l'adresse IP que vous avez spécifié. (Pour ceux d'entre vous qui conservent un Windows, il s'agit du même type de fihcier que sous Windows, et qui vous permettait de paramétrer aux petits oignons un controle parental totalement inviolable par vos enfants. Allez faire un tour dans ce fichier hosts, pour enfin bloquer l'accès à certains sites dangeureux : la liste hosts est même téléchargeable sur le net et préremplie de plus de 150.000 adresses IP de sites qui vous empoisonnent la vie quand vous naviguez sous Windows, compte tenu des espiogiciels et autres malveillances).
* le répertoire /etc contient aussi le fichier de configuration du chargeur de démarrage Lilo (lilo.conf).
* le fichier permettant d'exécuter des taches périodiques (le logiciel "Cron" ou "Anacron") dans le répertoire /etc/anacrontab.
* le fichier "/etc/passwd" qui contient les mots de passe, comptes utilisateurs, etc. fichier vital, donc.
* le fichier /etc/modules.conf qui regroupe les différents paramètres de chargement des modules du noyau.
* le fichier /etc/fstab qui se charge de regrouper les divers systèmes de fichiers que le noyau linux est susceptible de gérer pour pouvoir les monter (les partitions windows, etc.
===Le répertoire "/home"===
Sous Mandriva, e répertoire /home est par défaut, une partition et non un simple répertoire installé dans le répertoire racine, ce qui garantir la conservation de vos données personnelles et comptes de messagerie en cas extrème de crash ou de réinstallation volontaire de votre système. Le /home contient le répertoire de votre nom : /home/jéjé, etc...
Notez que de nombreux fichiers sont cachés (comme les fichiers de configuration de thunderbird...) : ils sont notés avec un point devant le nom du répertoire (".thunderbird") Maintenant, vous savez comment créer un dossier caché ! (Pour les utilisateurs de Windows, il s'agit de "Mes documents", qui contrairement à Mandriva, se trouve nativement inséré dans la partition système, c'est-à-dire le disque c:, ce qui fait perdre toutes vos données en cas de crash de Windows, ce qui arrive plus souvent...).
===Le répertoire "/lib"===
Deletions:
===Première étape : la configuration des sources===
==Mais qu'est-ce qu'une source ?==
==Quelles sources dois-je installer ?==
===Deuxième étape : rendre votre Mandriva prête pour le multimédia===
==La ligne de commande magique pour le multimedia==
==Les indispensables==
==Les pratiques à avoir==
===Comprendre le système de fichiers de Mandriva Linux===


Revision [648]

Edited on 2006-09-05 10:42:18 by PtyXxx [corrections sur les bibliothèques]
Additions:
Une source (ou dépôt), c'est une adresse Internet où sont stockés tous les petits logiciels (paquetages) dont vous avez besoin pour faire la mise à jour de la Mandriva et la compléter avec des centaines de petits logiciels qui vous plaisent.
Sous Windows, ou sous Mac, vous aviez l'habitude d'aller télécharger sur Internet vos logiciels ou encore de les acheter. Tout cela est fini avec Mandriva ! Mettez vos vieilles habitudes du Moyen Age au placard !
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette méthode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne toruve plus japackage sur easyurpmi.
Deletions:
Une source (ou dépôt), c'est une adresse internet où sont stockés tous les petits logiciels (paquetages) dont vous avez boin pour faire la mise à jour de la Mandriva et la compléter avec de centaines de petits logiciels qui vous plaisent.
Sous Windows ou encore sous Mac, vous aviez l'habitude d'aller télécharger sur internet vos logiciels ou encore de les acheter. Tout cela est fini avec Mandriva ! Mettez vos vieilles habitudes du moyen âge au placard !
insérer des copies d'écran SVP sur la méthode via le centre de contrôle. Vaut-il mieux mettre cette métode ou celle de easyurpmi ou les deux ? NB on ne toruve plus japackage sur easyurpmi.


Revision [642]

Edited on 2006-09-05 03:56:59 by BenoitAudouard [add translation header]
Additions:
InsideIssue03Fr > [ [[ArticlesfrDebutants français]] ] - [ [[ArticlesEnDebutants english]] ] - [ [[ArticlesEsDebutants español]] ]
----


Revision [632]

Edited on 2006-09-04 09:57:46 by FredxX [add translation header]
Additions:
Mettez ici les paquetages qui vous semblent indispensables (sans la version, car la commande urpmi la trouvera). Pour ma part, je mettrai les thèmes qui me semblent jolis et qui installeront les dépendances. ça vous va ? (ex : plutot que mettre superkaramba, je mettrai directement superkaramba liquid weather).
==Les indispensables==
==Les pratiques à avoir==
- superkaramba-theme-liquid_weather : thème de superkaramba pour savoir le temps qu'il fait. L'installation du thème vous installera par dépendance le logiciel superkaramba.
- kStreamripper pour enregistrer des flux audio internet.
Deletions:
Mettez ici les paquetages qui vous semblent indispensables (sans la version, car la commande urpmi la trouvera). Pour ma part, je mettrai les thèmes qui me semblent jolis et qui installeront les dépendances. ça vous va ? (ex : plutot que mettre superkaramba, je mettrai directement superkaramba liquid water).


Revision [631]

Edited on 2006-09-04 09:20:34 by FredxX [add translation header]
Additions:
Fredxx 3/9 --> article en cours de rédaction dans mon blog, importation prévue.
Deletions:
Fredxx --> article en cours de rédaction dans mon blog, importation prévue.


Revision [630]

Edited on 2006-09-04 09:20:03 by FredxX [add translation header]
Additions:
100%100 drakOdrak :)
Deletions:
100%100 drakOdrak :) super !


Revision [629]

Edited on 2006-09-04 09:19:49 by FredxX [add translation header]
Additions:
100%100 drakOdrak :) super !
===Comprendre le système de fichiers de Mandriva Linux===
Fredxx --> article en cours de rédaction dans mon blog, importation prévue.
Vous arrivez tout frais, de chez cet américain que vous ne cessez de pirater pour pouvoir utiliser votre ordinateur, mais vous ne comprenez pas bien l'arborescence de Mandriva ? Les questions qui vous préoccupent sont "où est l'équivalent du fichier "program files" ou "application data", dans lesquels vous cherchiez respectivement vos exécutables et les paramètres de vos applications préférées ? Cet article vous aidera dans vos premiers pas sous Mandriva Linux, pour vous aider à retrouver vos petits. Suivez les guides !
Deletions:
100%100 drakOdrak :)


Revision [619]

Edited on 2006-09-02 01:15:00 by BubaR [add translation header]
Additions:
100%100 drakOdrak :)


Revision [589]

Edited on 2006-08-30 11:19:32 by FredxX [add translation header]
Additions:
Mettez ici les paquetages qui vous semblent indispensables (sans la version, car la commande urpmi la trouvera). Pour ma part, je mettrai les thèmes qui me semblent jolis et qui installeront les dépendances. ça vous va ? (ex : plutot que mettre superkaramba, je mettrai directement superkaramba liquid water).


Revision [588]

Edited on 2006-08-30 11:15:33 by FredxX [add translation header]

No Differences

Revision [587]

Edited on 2006-08-30 11:15:19 by FredxX [add translation header]
Additions:
%%urpmi libdvdcss2 libdvdplay0 libdvdread3 libdvdread-utils libdvdnav4 libdvdcontrol9 win32-codecs%%
Deletions:
urpmi libdvdcss2 libdvdplay0 libdvdread3 libdvdread-utils libdvdnav4 libdvdcontrol9 win32-codecs


Revision [586]

Edited on 2006-08-30 11:13:48 by FredxX [add translation header]
Additions:
==La ligne de commande magique pour le multimedia==
Cette commande permet de configurer Mandriva pour la rendre immédiatement prête pour le multimedia : lire des DVD commeciaux, lire les fichiers audio et video windows, etc. (commande à compléter) : dans une console, en super-utilisateur, entrez la ligne suivante et validez.
urpmi libdvdcss2 libdvdplay0 libdvdread3 libdvdread-utils libdvdnav4 libdvdcontrol9 win32-codecs


Revision [585]

The oldest known version of this page was created on 2006-08-30 11:12:13 by FredxX [add translation header]
Valid XHTML :: Valid CSS: :: Powered by WikkaWiki